Ecoles et métro rouvrent à Bruxelles sous étroite surveillance

le
0
ÉCOLES ET MÉTRO ROUVRENT À BRUXELLES SOUS ÉTROITE SURVEILLANCE
ÉCOLES ET MÉTRO ROUVRENT À BRUXELLES SOUS ÉTROITE SURVEILLANCE

BRUXELLES (Reuters) - Les écoles et une grande partie du réseau métropolitain ont rouvert mercredi à Bruxelles, la capitale belge tentant de reprendre un rythme normal après quatre jours de paralysie, même si l'armée continue de patrouiller dans les rues et que le niveau d'alerte reste à son maximum.

Les forces de l'ordre recherchent toujours Salah Abdeslam, soupçonné d'avoir joué un rôle majeur dans les attentats du 13 novembre à Paris ainsi qu'une dizaine de personnes qui pourraient projeter d'autres attaques.

Le Premier ministre belge, Charles Michel, a prévenu lundi que la région bruxelloise resterait en état d'alerte maximal, le niveau quatre, tandis que le reste du pays est placé en état d'alerte de niveau trois, au moins jusqu'en début de semaine prochaine.

Les écoles de l'agglomération bruxelloise sont protégées par 300 officiers de police supplémentaires. Certains d'entre eux étaient postés devant les entrées des établissements alors que les enfants étaient déposés par leurs parents.

Près de la moitié des stations de métro de Bruxelles ont elles aussi été rouvertes, notamment dans le centre de la ville, protégées par 200 soldats environ.

Parallèlement, la chasse à l'homme pour retrouver Salah Abdeslam se poursuit. Les autorités ont prévenu que l'homme était peut être armé et dangereux et qu'il pourrait préparer de nouvelles attaques.

La police belge a procédé à une vingtaine d'interpellations dans la région bruxelloise depuis les attentats de Paris. Cinq personnes restent détenues après avoir été inculpées pour des infractions à la législation anti-terroriste. Parmi eux, figurent deux hommes qui ont convoyé Salah Abdeslam de Paris à Molenbeek dans la nuit qui a suivi les attentats.

Tous les concerts et événements sportifs du week-end ont été annulés, mais la finale de la Coupe Davis opposant la Belgique à la Grande-Bretagne à Gand de vendredi à dimanche a été maintenue.

Faute d'effectifs policiers suffisants, le bourgmestre de Bruges a ordonné que la rencontre de football entre le CS Bruges et Naples en Coupe de l'UEFA se déroule à huis clos.

(Thomas Escritt et Philip Blenkinsop, Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant