École : Pisa, ce désastre annoncé

le
13
Tous les trois ans, les résultats de l'enquête Pisa qui mesure les compétences des élèves de 15 ans sont très commentés.
Tous les trois ans, les résultats de l'enquête Pisa qui mesure les compétences des élèves de 15 ans sont très commentés.

L'OCDE publie mardi les résultats de l'enquête internationale Pisa sur les performances des élèves de 15 ans en 2012. Mais Vincent Peillon n'a pas attendu pour préparer l'opinion au pire. Fin octobre, le ministre de l'Éducation nationale Vincent Peillon avait affirmé que l'enquête Pisa révélerait une chute du pays dans le classement des nations. Il avait en outre précisé que les "écarts" entre les élèves qui réussissent et ceux qui sont en grande difficulté s'étaient "accrus dans des proportions qui sont inacceptables". Le ministre avait appelé de ses voeux "une vraie réforme de l'éducation prioritaire", qui concerne environ 20 % des élèves, le plus en difficulté. "Ça suppose donc une action spécifique", avait-il dit, évoquant "un enjeu de cohésion sociale" et de "réussite éducative pour tout le pays considérable". Ce lundi, Vincent Peillon enfonce le clou : la publication de demain devrait montrer la nécessité d'"une refondation de l'école".

LIRE notre article "Veut-on vraiment en finir avec l'échec scolaire"

C'est un grand classique des ministres de l'Éducation que de s'appuyer sur les (mauvais) résultats de l'école française aux évaluations internationales pour justifier leur réforme. Xavier Darcos avait ainsi mis en avant l'enquête Pirls mesurant les performances de lecture des enfants de 8 ans pour faire passer une réforme des programmes du primaire... abrogée par Peillon dès son arrivée Rue de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • GuyAOC le mardi 3 déc 2013 à 17:48

    Après avoir mis les retraites à plat ( sans aucune mesure pour les régimes spéciaux ) . . . après avoir mis la fiscalité à plat ( avec des nouveaux impôts et des nouvelles taxes ) . . . le gouvernement va mettre le système éducatif à plat ( sans toucher au collège unique, sans mettre les enseignants au travail ) . . . ça promet !!!

  • nanard83 le mardi 3 déc 2013 à 17:04

    Il est certain que la mixité des origines ralentit la moyenne des " performances " des classes jusqu'en 5eme ou 4eme Pourquoi admet-on en 6eme , des élèves qui savent à peine compter et souvent écrire ?Les instituteurs ont peur des réactions des pa

  • mlaure13 le mardi 3 déc 2013 à 16:03

    Quand on prend le temps d’analyser les chiffres en rapport des Pays, on voit tout de suite qu’elle en est la raison…Par contre, on peut dire qu’on est même bien placé, pour un Pays qui recueille le plus de chienlit du monde, et dont on veut en faire une chance pour la France, en tirant son éducation et économie vers le bas !...Et effectivement, ça donne des électeurs à un certain Parti, qui, sans ces derniers, serait pratiquement inexistant. FRANCE...ou est ton rayonnement ?...

  • dhote le mardi 3 déc 2013 à 08:48

    Respect, rigueur, discipline sont des termes interdits dans l'E.N.si vous y ajoutez que tous les élèves ont les mêmes capacités, les mêmes envies et le même environnement vous expliquez les performances du système. Il est "inréformable"

  • M6916882 le mardi 3 déc 2013 à 08:07

    Allez en banlieue et vous verrez l'apport culturel ..... de l'immigration dans l'éducation nationale (style Léonarda)ou comment via le nivellement par le bas, on en arrive à ce désastre.On comprends mieux pourquoi les gens (y compris les profs du public) mettent leur progéniture dans le privé

  • h.castel le mardi 3 déc 2013 à 07:52

    Les syndicats de l4education Nationale sont les premiers responsables

  • 2445joye le lundi 2 déc 2013 à 18:53

    On pourrait quand même faire un peu marche arrière et encourager les bons résultats à l'école au lieu du: "tout le monde il est pareil, tout le monde il est égal". Ca ne ferait pas de mal non plus de remasculiniser le corps enseignant et de rétablir les châtiments corporels pour les cas extrêmes au lieu d'enseigner à nos têtes blondes les "Droits de l'enfant (!)". J'ai pris quelques coups de règle sur les doigts, des collègues ont pris des coups de canne au bas du dos, et on y a survécu.

  • knbskin le lundi 2 déc 2013 à 18:43

    Ben non, 2445joye ... Les "super-nullards", ça n'existe pas encore à la maternelle. Mais c'est là que ça commence. Et ça explose au CP. Et c'est là qu'il faut agir : 1) à coups de pieds aux fesses des parents ; 2) en expliquant clairement qu'il n'y a plus de place en France pour les gens non qualifiés, et qu'ils devront soit être à la rue (plus de RMI, CMU, APL, etc.) soit émigrer ...

  • 2445joye le lundi 2 déc 2013 à 18:39

    Depuis mai 68, notre Education nationale a privilégié la culture de la médiocrité collective à celle de l'excellence individuelle. Le résultat est conforme à ce qu'on pouvait en attendre. Mais un type comme Peillon doit pouvoir faire encore empirer les choses (e.g.: école de la 2ème chance pour les super-nullards au lieu de mettre le paquet sur les gens doués).

  • knbskin le lundi 2 déc 2013 à 18:18

    Le problème n'est surtout pas un problème de moyens : l'Educ Nat a les plus importants de l'OCSE en primaire et secondaire ! C'est un problème d'idéologie. Le principe actuel est de "mettre l'apprenant au centre de son projet éducatif", alors que l'apprentissage des fondamentaux, ça se fait à coups de pieds aux fesses s'il le faut, et en particulier celles des parents ... Mais bon, dire cela est politiquement inacceptable, donc, on fera autre chose - pour "faire semblant".