Ecole : le conseil d'Etat met fin à la polémique Ligne Azur

le
0
Ecole : le conseil d'Etat met fin à la polémique Ligne Azur
Ecole : le conseil d'Etat met fin à la polémique Ligne Azur

Certains documents de Ligne Azur -- organisme chargé de répondre aux jeunes qui s'interrogent sur leur identité sexuelle -- n'avaient pas droit de cité à l'école. C'est ce que rappelle le Conseil d'Etat à l'Education nationale ce mercredi.

La plus haute juridiction administrative a annulé pour «non-respect de la neutralité du service public» une décision du ministère de l'Education invitant les recteurs à relayer auprès des élèves la campagne de Ligne Azur.

C'est en juillet 2013 que la Confédération nationale des associations familiales catholiques (CNAFC) a saisi le Conseil d'Etat pour lui demander d'annuler la circulaire ministérielle. Et une petite inspection du site internet de Ligne Azur, vers lequel la campagne d'information renvoyait, a débusqué quelques lignes qui ont fait tousser.

Un texte «présentait l'usage de drogues comme susceptible de faire tomber les inhibitions et comme purement associé à des moments festifs sans mentionner l'illégalité de cette pratique», relève le Conseil d'Etat.

Une information qui doit être adaptée à l'âge des enfants

En outre, les magistrats indiquent que le site «définissait la pédophilie comme une attirance sexuelle pour les enfants sans faire état du caractère pénalement répréhensible des atteintes ou agressions sur mineurs», et renvoyait à une brochure, intitulée «Tomber la culotte», qui «incitait à pratiquer l'insémination artificielle selon des modalités interdites par l'article 511-12 du code pénal».

Autant d'éléments qui auraient dû conduire à plus de prudence en amont de la campagne. «Il incombe au ministre de l'Education nationale de s'assurer, avant le lancement d'une telle campagne, que les éléments d'information qui seront diffusés sont bien conformes (aux) principes (...) de neutralité du service public et de liberté de conscience des élèves», juge le Conseil d'Etat. En outre, «l'information aux élèves à qui elle est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant