École : la faible ambition de Hollande

le
0
DÉCRYPTAGE - François Hollande, qui a rendu hommage jeudi à Jean Zay, dessine une école fondée sur un socle commun qui, au mieux, met sur le même plan compétences et savoirs.

Parmi les grandes figures du Panthéon républicain, Jean Zay incarne non seulement le courage de ceux qui n'ont pas plié, mais aussi l'espérance de ceux qui nourrissaient pour l'école une ambition immense. En se réclamant de celui qui entendait revivifier l'école, François Hollande veut faire de l'éducation le c½ur de son projet pour «réenchanter le rêve français».

Et de fait, la gauche retrouve des mots qu'elle avait depuis longtemps abandonnés: autorité, laïcité... et même cette éducation libérale faite de l'«admiration des belles ½uvres». Et quand Ségolène Royal prononçait ces mots, certains à gauche l'ont accusée en 2007 des pires dérives. L'exercice de style qui n'est pas sans rappeler le discours de Maisons-Alfort de Nicolas Sarkozy en février 2007: l'ambition, par-delà l'accumulation de propositions, est de renouer le fil d'une histoire française dans laquelle la République est indissociable de son école. Mais pour qui ne se laisse p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant