Eco2charge recycle de vieilles batteries en stations de recharge

le
0

par Geert De Clercq PARIS, 18 septembre (Reuters) - Un consortium d'entreprises françaises emmenées par Bouygues BOUY.PA a développé un système de recharge des batteries des véhicules électriques reposant sur la réutilisation de batteries usagées et qui permet d'étaler la consommation d'électricité lors des pics de demande. Une station de recharge type du service parisien Autolib comporte quatre à cinq prises de recharge, dont chacune ne sollicite pas plus le réseau électrique qu'un foyer moyen. Mais dans une entreprise où des dizaines de salariés peuvent être amenés à recharger leur véhicule au même moment, le réseau électrique local risque la surcharge, obligeant l'entreprise à moderniser ses infrastructures. Le consortium Eco2charge, auquel participent également Renault RENA.PA , Alstom ALSO.PA et le fabricant de câbles Nexans NEXS.PA , a conçu un système de stockage d'énergie reposant sur des batteries automobiles usagées (dites de "seconde vie") qui accumule le courant la nuit et le redistribue le jour en fonction des besoins de recharge. Le projet, doté d'un budget de 13 millions d'euros, a été testé dans deux sites pilote de Renault et de Bouygues et Eco2charge compte le proposer pour des immeubles de bureaux, des parkings, des campus et d'autres sites susceptibles d'accueillir des flottes de véhicules électriques. Lorsque les batteries ont perdu 20 à 25% de leur capacité de charge, elles ne sont plus employées dans les véhicules mais leur capacité est suffisante pour alimenter un système de stockage fixe. "Dans un an environ, nous aurons une offre commerciale", a dit Servan Lacire, directeur de Bouygues Energies & Services, ajoutant qu'il était trop tôt pour évaluer le coût du système. Thomas Orsini, directeur du développement des véhicules électriques chez Renault, souligne que ce nouveau système de stockage est peu onéreux dans la mesure où les batteries ont déjà été amorties par leur usage dans leurs véhicules d'origine. Alain Robic, président de Nexans Power Accessories France, précise que les stations seront modulaires, "comme des briques de Lego", les entreprises pouvant en installer d'une demi-douzaine à une centaine, voire plus. Enfin, il serait possible à l'avenir que le système cesse ponctuellement de solliciter le réseau électrique et même qu'il puisse lui rétrocéder du courant en période de pointe de consommation. (avec Laurence Frost, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant