Eco-Collectoor s'attaque aux 4 milliards de gobelets plastique qui polluent la France

le
0
Eco-Collectoor s'attaque aux 4 milliards de gobelets plastique qui polluent la France
Eco-Collectoor s'attaque aux 4 milliards de gobelets plastique qui polluent la France

«Un café au bureau, une bière à une fête, on passe nos journées avec un gobelet en plastique à la main et c'est catastrophique pour l'environnement », insiste Siegfried Roche qui a fondé Eco-Collectoor, la première filière de recyclage des gobelets plastique en France. Chaque année, près de 4 milliards de gobelets en plastique sont utilisés : 60 % finiront enfouis et 40 % seront incinérés. « En 2006, je n'avais pas spécialement la fibre écolo mais je sentais qu'il y avait un marché de niche et que le développement durable allait prendre de plus en plus d'importance. ».

Contribuer à l'économie des ressources fossiles

Sans passer par la case emprunt bancaire, il réussit à réunir 400 000 euros pour lancer sa petite entreprise au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis). Eco-Collectoor, officiellement créée en 2008, se donne pour mission de développer une gamme de bornes de collecte de gobelets « à destination des entreprises et des collectivités locales qui veulent orienter les mentalités de leurs usagers vers un comportement vertueux et ainsi contribuer à l'économie des ressources fossiles ». Les déchets compactés sont revendus à des recycleurs.

« Les premières années ont été difficiles, nous sommes nés avec la crise de 2008, et si tout le monde plébiscite le développement durable, personne n'en a vraiment les moyens », reconnaît Siegfried Roche.

Des mastodontes du CAC40 parmi ses clients

Mais le jeune entrepreneur devenu de plus en plus écolo ne lâche pas prise. « On a vu les mentalités évoluer, les gens être de plus en plus soucieux du tri, et avec la loi de 2012 obligeant les entreprises de plus de cent salariés à tracer leurs déchets, il y a eu une vraie prise de conscience des dirigeants», se félicite-t-il. Eco-Collectoor finit par décrocher de gros contrats et compte aujourd'hui parmi ses clients des mastodontes comme AXA, Danone ou Generali, des facultés parisiennes comme Jussieu, la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant