Echec de la négociation chez Cerrejón

le
0

Commodesk - La reprise de contact entre mineurs et direction de Cerrejón, sous l'égide du ministère du Travail, samedi 16 février, n'a pas abouti.

La grève se poursuit à la plus grande mine de charbon à ciel ouvert d'Amérique latine. L'arrêt de la production charbonnière depuis 11 jours aurait déjà coûté plus de 50 millions de dollars à l'entreprise. Toutes les activités d'extraction et d'administration de l'entreprise étant suspendues, les salaires des 5.657 employés sont également gelés.

Pour discréditer les mineurs, l'entreprise a révélé qu'ils peuvent gagner 5 millions de pesos par mois (2.095 euros), très au-dessus des salaires moyens colombiens. D'après  le syndicat Sintracarbon, le salaire de base est, en moyenne, de 800.000 pesos (335 euros) pour un débutant et 1,5 million de pesos (630 euros) plus primes, pour les mineurs confirmés.

L'industrie du charbon, 2e produit d'exportation colombien après le pétrole, est en tout cas paralysée : en plus de la grève chez Cerrejón, le second producteur, Drummond a été condamné à une amende bloquant son activité. « Le pays est en crise minière » estime la presse conservatrice.

L'autorité nationale délivrant les permis environnementaux (ANLA) a interdit à Drummond de poursuivre ses chargements au Port de Santa Marta, pour avoir jeté 3.000 tonnes de charbon en mer des Caraïbes, le 13 janvier. La barge qui les transportait était surchargée, et en train de couler. S'ajoute à cela l'interruption du transport de charbon par chemins de fer la nuit, en raison de l'insécurité du parcours.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant