Echec de Galileo: un problème de tuyaux, facile à corriger

le
0
Echec de Galileo: un problème de tuyaux, facile à corriger
Echec de Galileo: un problème de tuyaux, facile à corriger

Un gel de carburant lié à un problème de tuyaux a provoqué, l'échec fin août, du lancement par Soyouz de deux satellites Galileo, a conclu mercredi la commission d'enquête sur ce revers européen. Mais ce problème est aisé à corriger, ce qui permettra à la fusée russe de revoler dès décembre.Ce raté, qui avait suscité des critiques sur le programme européen, "n'est pas lié à une erreur humaine", a déclaré à l'AFP Stéphane Israël, le PDG d'Arianespace, société chargée du lancement. "Il s'agit d'une lacune du design" sur un point précis de l'étage supérieur Fregat du lanceur Soyouz. "On sait ce qu'il faut faire pour corriger très rapidement" cette imprécision, a-t-il ajouté. "Cela permet d'envisager un retour en vol de Soyouz depuis la Guyane dès le mois de décembre".Pour ce prochain vol de la fusée russe, deux possibilités s'offrent : soit embarquer deux nouveaux satellites Galileo comme cela était prévu à l'origine; soit prendre des satellites internet de l'opérateur O3b qui doivent être bientôt lancés par Arianespace."Il reviendra à nos clients et notamment à la Commission européenne de nous dire ce qu'ils souhaitent", a indiqué M. Israël. "Nous le saurons très rapidement".Il n'est pas impossible que la Commission européenne, qui finance à 100% le programme Galileo, souhaite se donner un peu de temps pour pouvoir tester les satellites avant un nouveau lancement.Lancés le 22 août par Arianespace depuis Kourou (Guyane), les deux satellites Galileo, Sat-5 et Sat-6, n'ont pas atteint l'orbite circulaire prévue à quelque 23.000 km d'altitude, mais une orbite elliptique (ovale) à 17.000 km seulement. Ce problème les a rendus inopérants pour la mission Galileo, le système de navigation européen censé concurrencer le GPS américain.La commission d'enquête indépendante, présidée par un ancien général de l'Agence spatiale européenne (ESA) Peter ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant