Echanges de tirs entre manifestants et policiers à Kiev

le
0
ÉCHANGES DE TIRS ENTRE MANIFESTANTS ET POLICIERS À KIEV
ÉCHANGES DE TIRS ENTRE MANIFESTANTS ET POLICIERS À KIEV

KIEV (Reuters) - La police ukrainienne a annoncé vendredi que des manifestants avaient ouvert le feu à Kiev sur des policiers qui ont riposté.

Ces affrontements se sont produits dans le centre de Kiev, entre la place de l'Indépendance et le Parlement, où des incidents ont également été signalés.

Dans un communiqué, la police affirme que "des participants impliqués dans les troubles de masse ont ouvert le feu sur des agents de police et tenté une percée en direction de l'enceinte du parlement".

Elle a précisé par la suite que les policiers avaient riposté.

La police ukrainienne ne dit pas si ces échanges de coups de feu ont fait des victimes. Aucune confirmation n'a pu être obtenue dans les rangs des contestataires qui occupent la place de l'Indépendance.

De son côté, l'opposant Arseni Iatseniouk, l'un des chefs de file de la contestation, a affirmé que des policiers armés avaient fait irruption dans l'enceinte du parlement.

Le vice-président du parlement a confirmé l'information mais a ajouté que les policiers avaient été repoussés.

Quelque 1.500 mètres séparent la place de l'Indépendance, centre névralgique de la contestation, et l'enceinte de la Rada, le Parlement ukrainien.

Ces nouveaux incidents surviennent alors que la présidence ukrainienne a annoncé qu'un accord avait été trouvé avec les médiateurs européens et qu'il devrait être signé à midi (10h00 GMT).

Mais la plus grande prudence est de mise: le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, qui a quitté Kiev dans la nuit pour se rendre en Chine, a appelé pour sa part à la prudence. "On ne peut rien dire de définitif avant la fin de la matinée", a-t-il dit au micro d'Europe 1.

Même son de cloche en Pologne, dont le chef de la diplomatie Radoslaw Sikorski participe à la médiation européenne. "Nous ne sommes pas encore parvenus à un accord. Ce qui a été réglé, c'est un projet d'accord", a déclaré à la presse le Premier ministre, Donald Tusk.

La crise ukrainienne, déclenchée fin novembre par la volte-face du président Viktor Ianoukovitch sur le rapprochement négocié depuis des mois avec l'Union européenne, a basculé dans une nouvelle dimension cette semaine avec 75 morts au moins depuis mardi, dont 47 pour la seule journée de jeudi.

Natalia Zinets, Henri-Pierre André pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant