Echange aigre entre Paris et Londres sur les mineurs de Calais

le
0
    * Londres demande à Paris de protéger les mineurs isolés de 
Calais 
    * Selon Bernard Cazeneuve, 1.451 mineurs ont été "mis à 
l'abri" 
    * Il demande au Royaume-Uni de prendre ses responsabilités 
 
    PARIS, 28 octobre (Reuters) - Le sort des migrants mineurs 
isolés de la "jungle" de Calais a donné lieu à un échange aigre 
entre la France et la Grande-Bretagne, alors que la fin du 
démantèlement de ce bidonville est prévue pour lundi. 
  
    Les ministres français de l'Intérieur et du Logement, 
Bernard Cazeneuve et Emmanuelle Cosse, ont publié tard jeudi 
soir un communiqué pour exprimer leur "surprise" à la suite de 
déclarations britanniques. 
    Selon le site internet de la chaîne de télévision ITV, la 
ministre de l'Intérieur Amber Rudd a dit avoir insisté auprès de 
son homologue français sur "la nécessité pour les enfants qui 
restent à Calais d'être correctement protégés". 
    Selon l'ONG humanitaire Save the children, les mineurs 
isolés n'ont pas tous pu être mis à l'abri dans le cadre de 
l'évacuation des migrants réfugiés dans la "jungle" de Calais 
dans l'attente d'un hypothétique passage en Grande-Bretagne.  
    "De nombreux enfants dorment à l'extérieur", a dit à Reuters 
une responsable de cette ONG, Dorothy Sang.  
    Bernard Cazeneuve et Emmanuelle Cosse ont réagi après 
plusieurs heures aux propos d'Amber Rudd, dont ils ont dit avoir 
"pris connaissance avec surprise". 
    "La France, pays d'accueil, attaché à la tradition de 
l'asile, fidèle aux engagements internationaux qu'elle a pris, a 
assumé ses responsabilités dans un esprit de solidarité et sans 
jamais se dérober", lit-on dans leur communiqué. 
    Les deux ministres français rappellent que les 10.886 
migrants "mis à l'abri" depuis un an par la France à partir de 
Calais "poursuivaient un projet migratoire d'installation au 
Royaume-Uni". 
     
    1.451 MINEURS "MIS À L'ABRI" 
    Ils précisent que depuis le 17 octobre, 1.451 mineurs ont 
été "mis à l'abri" dans un centre d'accueil provisoire à Calais 
ou dans d'autres "centres adaptés". 
    "Dans le même temps et à ce jour, le Royaume-Uni a accepté 
le transfert sur son sol de 274 mineurs isolés depuis Calais", 
ajoutent Bernard Cazeneuve et Emmanuelle Cosse. 
    Ils rappellent que les mineurs ayant des liens familiaux au 
Royaume-Uni ont droit à une réunification familiale, de même que 
"les mineurs isolés dont l'intérêt supérieur est d'être 
accueillis" dans ce pays. 
    Ils souhaitent "que le Royaume-Uni prenne rapidement ses 
responsabilités et accueille ces mineurs". 
    "C'est la meilleur manière pour eux d'être protégés comme il 
se doit", concluent les deux ministres français. 
    Dans ses déclarations à ITV, Amber Rudd rejette l'idée que 
gouvernement britannique traîne les pieds et assure que le 
Royaume-Uni accueillera encore "quelques centaines" de mineurs, 
en donnant la priorité aux "plus vulnérables", en particulier 
les jeunes filles. 
    "Nous avons une approche très stricte mais, j'espère, 
généreuse", a dit la ministre britannique. "Nous avons un bon 
système (d'accueil) en place." 
    "Nous avons un impératif, aider, mais nous devons veiller, 
quand nous offrons cette aide, à ce qu'elle n'incite pas des 
gens à envoyer leurs enfants à travers l'Europe et les mers", a 
cependant ajouté Amber Rudd, selon le site d'ITV. 
 
 (Emmanuel Jarry, avec Andrew Callus, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant