Echangé à la naissance, un Japonais issu d'une famille riche passe une vie de pauvre

le
2
Echangé à la naissance, un Japonais issu d'une famille riche passe une vie de pauvre
Echangé à la naissance, un Japonais issu d'une famille riche passe une vie de pauvre

La malheureuse histoire de deux bébés japonais échangés par erreur à la naissance n'est pas sans rappeler le film culte d'Etienne Chatiliez, «La vie est un long fleuve tranquille». Un tribunal de Tokyo a ordonné à un hôpital de payer 38 millions de yens (environ 281 000 euros) de dommages et intérêts à un sexagénaire japonais reconnu victime d'un échange à la naissance qui lui a valu une vie de pauvre alors que sa famille d'origine était plutôt aisée. A l'inverse, celui qui a involontairement pris sa place, a pu suivre un beau parcours scolaire menant à sa réussite professionnelle.

Né en 1953, l'homme n'a pas connu ses vrais parents, aujourd'hui décédés. La maternité où il a vu le jour l'a confié par erreur à une mère et un père qui n'étaient pas les siens. Devenu fils d'une famille avec laquelle il n'avait aucun lien génétique, il a perdu son père non biologique à l'âge de 2 ans et a dû étudier dans une école de nuit tout en travaillant en usine pour subvenir à ses besoins. «Il aurait dû vivre dans une famille enviable, mais a souffert dans une famille pauvre», a déclaré son avocat.

«Je voudrais revenir 60 ans en arrière»

Les trois jeunes frères de l'homme ont cependant toujours douté de l'identité exacte de celui qui était censé être leur aîné, mais était si différent. A plusieurs reprises, ils disent avoir entendu leurs parents s'interroger sur leur plus grand fils envers lequel ils ressentaient une sorte de malaise. Leurs soupçons ont été confirmés par des tests d'ADN en 2009. Ils ont ensuite vérifié les dossiers de la maternité et ont découvert l'identité de leur véritable aîné en 2012. Les deux bébés étaient nés à 13 minutes d'écart.

Lorsqu'il apprit avoir été victime d'une erreur, l'intéressé dit «avoir pleuré tous les jours pendant des mois sur la dureté de son existence alors qu'il aurait dû bénéficier d'un bon environnement familial». Les trois frères, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marc2750 le dimanche 1 déc 2013 à 23:57

    Moi aussi j'ai du être échangé a la naissance . Tout une vie a trimer pour même pas 2 smic alors mes vrais parents sont sans doute des riches chez qui j'aurais pu mener la belle vie.

  • frk987 le mercredi 27 nov 2013 à 18:08

    Les inversions dans les maternités....à mon avis c'est loin d'être rare. C'est le destin.....surtout dans les années 50, où l'on n'étiquetait pas convenablement les bébés.Maintenant suffit d'une analyse ADN, mais qui le fait à la naissance d'un gamin ?????