Eboueurs de l'extrême dans la mer de Glace

le , mis à jour à 10:44
0
Eboueurs de l'extrême dans la mer de Glace
Eboueurs de l'extrême dans la mer de Glace

Vendredi, 7 H 30. « Comment on accroche les trucs sous les pieds, les crampons ? » « Tu as un baudrier et un casque ? » « Qui voulait du 45 ? » Dans les odeurs de bois et de chaussettes du chalet UCPA de Chamonix (Haute-Savoie), une centaine de volontaires s'équipent aussi bien que possible. Puis ils s'entassent dans les deux wagons du train de Montenvers. Pas pour aller randonner. Ces passionnés partent nettoyer... la mer de Glace. Le plus long glacier d'Europe. A 1 900 m d'altitude, ses 7 km de crevasses, d'eau de fonte et de glaces vives en font un itinéraire privilégié de haute montagne.

 

« C'est tellement beau ! » s'exclame Frédéric quand il plante enfin son bâton de marche dans les premiers mètres de ce monument de la montagne. Le passionné a fait le trajet depuis Dijon (Côte-d'Or) pour ramasser les détritus.

 

Chaque année, 500 000 visiteurs posent leurs crampons ou leurs skis sur le glacier. « Une autoroute, avec des touristes été comme hiver et visiblement pas tous respectueux », soupire Frédéric. La trace de l'homme offre parfois un spectacle désolant : verre, ferraille, vieux câbles et des millions de petits morceaux de plastique.

 

Dans les années 1990, la mairie de Chamonix a initié cette journée de ramassage. Un rendez-vous annuel pour une foule d'éboueurs de l'extrême en tenue de ski bigarrée désormais rassemblés par l'équipementier Lafuma et le Club alpin français.

 

En hiver, les immondices sont cachées sous le tapis neigeux. A la fin de l'été, tout remonte. « Et ça s'accélère en même temps que le réchauffement climatique... le niveau de la mer de Glace recule à vue d'œil », précise Xavier, guide dans la vallée. Il pointe du doigt les panneaux qui indiquent le niveau qu'atteignait le glacier en 2006. Les premières gelées sont désormais à des centaines de mètres plus bas. Le pire est que les détritus polluent bien plus que le paysage à couper ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant