Ebola : une soignante contaminée au Texas, la malade espagnole va «mieux»

le
0
Ebola : une soignante contaminée au Texas, la malade espagnole va «mieux»
Ebola : une soignante contaminée au Texas, la malade espagnole va «mieux»

Alors que le monde entier tente de se prémunir contre la propagation du virus Ebola, qui a déjà fait plus de 4000 morts en Afrique de l'Ouest, Les autorités sanitaires américaines ont confirmé dimanche le premier cas d'Ebola contracté aux Etats-Unis  : il s'agit d'une soignante d'un hôpital du Texas qui s'est occupée de l' homme décédé la semaine dernière de la fièvre hémorragique. C'est la deuxième contamination hors d'Afrique depuis le début de l'épidémie, après le cas de l'aide-soignante espagnole, qui lutte toujours pour sa vie dans un hôpital madrilène. 

Le nouveau cas d'Ebola au Texas confirmé, une personne sous surveillance. Une soignante qui s'est occupée de Thomas Eric Duncan, décédé la semaine dernière du virus dans un hôpital texan, a contracté Ebola, ont annoncé ce dimanche les médecins américains. Par la suite, l'information a été confirmé officiellement par les Centres fédéraux américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) dans un communiqué : les «tests effectués samedi soir montrent que la soignante du Texas Presbyterian Hospital est infectée par Ebola». Cette «nouvelle est naturellement inquiétante pour la patiente, sa famille, ses collègues et la ville de Dallas», poursuit le communiqué, ajoutant que les CDC et les services de santé du Texas «restent confiants dans le fait qu'une propagation de l'infection puisse être évitée avec les mesures de santé publiques adéquates». Une personne ayant été en contact avec la patiente a été identifiée et est sous surveillance, précise le communiqué.

Les autorités sanitaires avaient dans la journée, alors que le cas avait déjà été détecté mais pas confirmé, attribué cette première contamination par Ebola aux Etats-Unis à une faille du protocole de protection suivi par la soignante.L'hôpital avait insisté sur le fait que cette patiente --qui a demandé une confidentialité totale sur son identité-- portait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant