Ebola : un test de détection de BioMérieux autorisé aux Etats-Unis

le
1
Ebola : un test de détection de BioMérieux autorisé aux Etats-Unis
Ebola : un test de détection de BioMérieux autorisé aux Etats-Unis

L'épidémie d'Ebola continue silencieusement de se propager, et a franchi le cap des 10 000 cas dans le monde. Un chiffre à faire froid dans le dos alors qu'il n'existe actuellement aucun traitement. Dans ce contexte, l'autorité de santé américaine (FDA) a donné son accord d'utiliser en urgence le test clinique de détection du virus lancé par la filiale du groupe français bioMérieux.

A l'heure actuelle, la mise en quarantaine des personnes présentant des symptômes semble être le seul moyen pour essayer d'endiguer la maladie comme au Mali, huitième pays d'Afrique de l'ouest, où une fillette de deux ans de retour de Guinée est décédée vendredi. Et où plus de 50 personnes ont été mises à l'écart, dont une dizaine dans la capitale Bamako, où la fillette a transité lors d'un long périple en car.

 

Aux Etats-Unis, les Etats de New York, du New Jersey et de L'Illinois ont eux aussi ordonné une quarantaine obligatoire pour les voyageurs ayant eu des contacts avec des malades d'Ebola en Afrique, après un premier cas à New York chez un médecin de retour d'une mission en Guinée. Mais sous la pression de la Maison Blanche, où les fonctionnaires estiment que ces mesures pourraient dissuader les personnels de santé d'aider à lutter contre l'épidémie, le gouverneur de New York Andrew Cuomo a rapidement allégé les procédures d'endiguement du virus

L'Australie, quant à elle, est allée plus loin en annonçant une série de mesures visant à suspendre l'immigration en provenance de pays d'Afrique occidentale touchés par Ebola dans le but de tenter d'empêcher le virus d'arriver sur son territoire.

L'épidémie, la plus grave de l'histoire de cette fièvre hémorragique identifiée en 1976, a déjà fait près de 5 000 morts et touché huit pays, dont deux hors d'Afrique: l'Espagne et les Etats-Unis.

Un centre de traitement en Guinée pour lutter contre le virus. Le PAM - Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies - la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le lundi 27 oct 2014 à 15:23

    Le malheur des uns fait les bonheur des autres.