Ebola : un syndicat appelle les personnels navigants d'Air France à ne pas embarquer

le
2
Ebola : un syndicat appelle les personnels navigants d'Air France à ne pas embarquer
Ebola : un syndicat appelle les personnels navigants d'Air France à ne pas embarquer

Ebola, la grande peur. Un syndicat d'hôtesses et stewards d'Air France a appelé vendredi ses personnels à refuser d'embarquer vers la Guinée, la Sierra Leone et le Nigeria, estimant qu'ils n'étaient pas suffisamment protégés du risque de contamination par le virus Ebola. Dans le même temps, deux nouveaux cas d'Ebola ont été diagnostiqués au Nigeria, et d'autres cas découverts pour la première fois dans le sud-est du Liberia, où toutes les régions du pays sont désormais touchées par l'épidémie.

Un syndicat appelle les personnels d'Air France à refuser les vols. Depuis plusieurs jours déjà, certains personnels navigants d'Air France refusaient d'embarquer à destination de pays particulièrement touchés par l'épidémie Ebola. Aujourd'hui, le syndicat UGICT-CGT a lancé un appel officiel à l'ensemble du personnel d'Air France à refuser les vols à destination de Conakry, capitale de la Guinée, pays très touché par la maladie, Freetown (Sierra Leone), et Lagos (Nigeria). Jusqu'à présent, Air France poursuit en effet la desserte de ces destinations considérées à hauts risques.

Deux nouveaux cas d'Ebola confirmés au Nigeria. Deux nouveaux cas d'Ebola ont été diagnostiqués au Nigeria, a annoncé vendredi le ministre de la Santé Onyebuchi Chukwu, portant à 14 le total des cas confirmés dans ce pays. Il s'agit d'épouses d'hommes ayant eu des contacts avec le premier malade, le fonctionnaire libérien Patrick Sawyer qui avait importé le virus mortel au Nigeria le 20 juillet, avant de mourir cinq jours plus tard dans un hôpital privé de Lagos.

Les deux malades, qui étaient déjà sous surveillance, ont été placées sous traitement à l'isolement dans une unité spécialisée de Lagos.

Toutes les régions du Liberia désormais touchées. Toutes les régions du Liberia sont désormais touchées par l'épidémie d'Ebola après la découverte de cas dans le Sud-Est, près de la frontière avec la Côte d'Ivoire, a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jbellet le vendredi 22 aout 2014 à 17:28

    super! c'est ce que l'on appelle le service public... quelle honte

  • dotcom1 le vendredi 22 aout 2014 à 16:52

    Bande de pétochards obscurantistes. Belle mentalité!