Ebola : un premier cas a été diagnostiqué aux Etats-Unis

le
0
Ebola : un premier cas a été diagnostiqué aux Etats-Unis
Ebola : un premier cas a été diagnostiqué aux Etats-Unis

Le premier cas d'un malade ayant contracté le virus Ebola en Afrique a été diagnostiqué aux Etats-Unis. «Je crois qu'il s'agit du premier cas diagnostiqué hors d'Afrique», a confié le Dr Tom Frieden, du Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC), lors d'une conférence de presse. Le médecin a fait un compte-rendu au président Barack Obama mardi après-midi sur la situation et les mesures de mise en quarantaine du patient.

L'entourage du malade sous surveillanceCet homme qui avait voyagé au Liberia est arrivé au Texas le 20 septembre sans aucun symptôme. Il a commencé à ressentir des symptômes le 24 septembre et fait appel à un médecin deux jours après. Il a été hospitalisé le 28 au Health Presbyterian Hospital à Dallas, au Texas, où il a été mis en quarantaine. L'hôpital n'a indiqué ni l'identité du patient, ni son âge, ni le pays où il aurait pu être infecté.

L'infection par le virus Ebola a été confirmée par des analyses de deux laboratoires, dont un des CDC. Cependant, selon le Dr Frieden, il «n'y a aucun risque» que cette personne ait pu infecter des passagers à bord de l'avion qui l'amenait au Texas, puisqu'il n'avait alors aucun symptôme.

Le virus Ebola ne se transmet pas par voie aérienne, comme la grippe par exemple, et ne peut être transmis qu'au contact direct de fluides contaminés comme le sang ou la salive. Seuls les patients présentant des symptômes sont contagieux, a insisté le Dr Frieden. En revanche, le directeur des CDC a jugé «possible que des membres de l'entourage du malade contractent Ebola dans les prochaines semaines». De ce fait, ils vont être surveillés de très près. La période d'incubation peut aller jusqu'à 21 jours.

Un médecin placé en quarantaineDimanche, un médecin américain en contact avec le virus Ebola en Sierra Leone a été rapatrié et placé en quarantaine pour observation dans une clinique des Instituts américains de la santé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant