Ebola : un jeu dont le but est de décimer l'humanité fait un carton

le
0
Ebola : un jeu dont le but est de décimer l'humanité fait un carton
Ebola : un jeu dont le but est de décimer l'humanité fait un carton

L'épidémie d'Ebola a eu une conséquence inattendue : elle a fait décoller les téléchargements du jeu en ligne britannique «Plague Inc», lancé en mai 2012. Le but : décimer l'humanité grâce au virus ou à la bactérie de son choix. «Je ne voulais pas que mon jeu soit associé à cette épidémie», s'est défendu le concepteur du jeu âgé de 27 ans, James Vaughan, dont la société Ndemic Creations est installée à Londres et revendique 35 millions de joueurs dans le monde.

Dans «Plague Inc», téléchargeable gratuitement sur les systèmes Android, l'objectif du joueur est d'infecter un «patient zéro» en lui transmettant une maladie mortelle. Il s'agit ensuite de le faire évoluer afin de contaminer le plus de monde possible, jusqu'à l'extinction de toute vie humaine sur Terre. Durant une partie, un joueur a la possibilité de faire évoluer son virus, de le rendre plus virulent et résistant aux médicaments, d'échafauder des scénarios où les gens ne se lavent plus les mains ou bien, au contraire, où les services de santé sont très performants.

A sa sortie, le jeu avait été salué par d'excellentes critiques de la part de la presse vidéoludique. «Tuer des gens par milliards n'a jamais été aussi fun», s'était enthousiasmé le site américain de référence IGN.

«Ma bactérie, Ebola, a éliminé toute vie sur Terre»   

Les téléchargements ont explosé depuis que des cas d'Ebola se sont déclarés aux Etats-Unis. «Nous avons une croissance de 50% des téléchargements du jeu chaque jour», affirme James Vaughan, ajoutant que «c'est la première fois qu'on voit des faits réels avoir un impact sur les téléchargements.»

Selon les chiffres de Plague Inc., cités par le Daily Mail, le jeu a été téléchargé environ 430 000 fois entre le 10 et le 16 octobre, contre 147 000 téléchargements entre le 26 septembre et le 2 octobre. Pour autant, selon James Vaughan, Ndemic ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant