Ebola : un deuxième soignant atteint au Texas

le
0
Ebola : un deuxième soignant atteint au Texas
Ebola : un deuxième soignant atteint au Texas

Un deuxième soignant a contracté le virus de la fièvre Ebola, au sein de l'hôpital de l'hôpital presbytérien de Dallas, au Texas (Etats-Unis), ont annoncé mercredi les autorités de l'Etat. Comme le premier cas, ce professionnel de la santé s'est occupé d'un patient originaire du Liberia, décédé la semaine passée dans cet établissement. D'autres cas risquent de suivre car, selon ces autorités sanitaires, 76 personnels de santé ont pu se trouver exposés au virus dans les mêmes circonstances.

Mardi, ce deuxème soignant s'est présenté avec de la fièvre à l'hôpital et a été immédiatement placé à l'isolement. «Les autorités de la santé ont interrogé le dernier patient pour vérifier rapidement toutes les personnes avec lesquelles il avait été en contact et les éventuelles expositions auxquelles il avait été soumis, et ces personnes seront examinées», a précisé le service de santé.

Polémique sur le protocole de traitement

L'hôpital texan où un Libérien est mort d'Ebola n'avait pas fourni au personnel de protocole pour traiter les patients touchés par le virus, a affirmé mercredi un syndicat d'infirmières. Le syndicat, se basant sur des témoignages du personnel de l'hôpital, répond ainsi au directeur des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), Tom Frieden, qui avait émis l'hypothèse d'un manquement aux procédures pour expliquer la contamination de la soignante. «Le CDC affirme que les protocoles n'ont pas été suivis mais les infirmières disent qu'il n'y avait pas de protocole», a déclaré la présidente du Syndicat national des infirmières, Roseann DeMoro.

Ni lorsqu'il a été admis aux urgences, ni lorsqu'il a été pris en charge ensuite par l'hôpital, les infirmières ne disposaient de consignes spécifiques pour traiter le patient libérien, décédé la semaine passée, a expliqué Roseann DeMoro. Alors que le malade vomissait et était atteint de diarrhées, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant