Ebola : un centre médical saccagé au Liberia, 29 malades en fuite dans Monrovia

le
1
Ebola : un centre médical saccagé au Liberia, 29 malades en fuite dans Monrovia
Ebola : un centre médical saccagé au Liberia, 29 malades en fuite dans Monrovia

L'épidémie Ebola, déjà incontrôlable, pourrait prendre un tour absolument dramatique au Libéria. Des hommes armés ont saccagé un centre de lutte contre le virus Ebola à Monrovia, la capitale du Liberia, provoquant la fuite de 29 malades. «Ils ont cassé les portes et ont pillé les lieux. Les malades ont tous fui», a affirmé Rebecca Wesseh, un témoin de l'incident survenu dans la nuit de samedi à dimanche. Ses propos ont été confirmés par des habitants et le secrétaire général des travailleurs de la santé au Liberia, Georges Williams.

En cinq mois, l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola qui s'est déclarée en Afrique de l'Ouest, la plus grave depuis la découverte de la maladie en 1976, a fait 1.145 morts, selon le dernier bilan de l'OMS arrêté au 13 août: 380 en Guinée, 413 au Liberia, 348 en Sierra Leone et quatre au Nigeria.

Ebola : la carte de la propagation

Le code couleur correspond aux nombres de cas confirmés d'infection (Sources : OMS), du plus clair au plus foncé. En cliquant sur chaque pays, découvrez l'avancée de l'épidémie.

Ebola : le bilan officiel au 13 août

Le Kenya a également annoncé samedi l'interdiction d'entrer sur son territoire, à compter de mercredi, aux voyageurs venant de Guinée, du Liberia et de Sierra Leone. Cette décision ne concerne pas les professionnels de santé impliqués dans la lutte contre l'épidémie ni les Kényans revenant dans leur pays depuis ces trois pays.

Ebola : un virus qui a déjà ravagé l'Afrique

Un cas suspect en Espagne

En Espagne, une personne qui pourrait avoir contracté le virus a été placée en isolement dans un hôpital spécialisé à Alicante (ouest), ont rapporté samedi soir les autorités sanitaires. «Le patient est hospitalisé à l'hôpital Saint Jean» à Alicante, «dans un état clinique stable, dans une zone isolée, selon le communiqué. Il s'agirait du premier cas possible d'Ebola en Espagne après la mort du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • opelin le dimanche 17 aout 2014 à 17:54

    Avec de la chance les pillards ont attrapé le virus et vont payer leur méfait de leur vie. Ce doit être ça la justice divine ...