Ebola : un cas suspect signalé samedi soir dans le Val d'Oise

le
1
Ebola : un cas suspect signalé samedi soir dans le Val d'Oise
Ebola : un cas suspect signalé samedi soir dans le Val d'Oise

Alors que les contrôles sanitaires à l'arrivée du vol de Conakry sont entrés en vigueur samedi matin, à l'aéroport de Roissy-Charles De Gaulle, un cas suspect d'Ebola a été signalé dans la soirée dans le Val d'Oise. «Une femme qui présentait des symptômes, douleurs abdominales et fièvre», a déclaré sur i-Télé le sous-préfet d'Argenteuil Yves Rousset. Selon lui, cette femme «a été mise à l'isolement» à l'hôpital militaire Bégin en région parisienne. Les résultats des analyses n'étaient pas encore disponibles dans la soirée.

Interrogé par l'AFP, le ministère de la Santé s'est borné à réitérer samedi qu'il «informerait immédiatement la population» si un premier cas devait être confirmé en France. Sur plus de 350 «signalements» de personnes revenant des pays touchés en Afrique, une quinzaine de cas ont été considérés comme «possibles» depuis juin.

Fausse alerte à l'arrivée du vol de Conakry

Le matin, à sa descente du vol Air France quotidien depuis la capitale guinéenne, une passagère d'une quarantaine d'années, présentant de la fièvre, a été prise en charge par les équipes de l'hôpital parisien Bichat. «Elle était au-delà de 38°C, mais après sa température est descendue, a toutefois assuré une source proche du dossier citée par l'AFP. Une heure après sa sortie de l'avion, elle n'avait plus que 37,5°C. Elle n'avait ni vomissements, ni diarrhée.»

En France, le dépistage à l'arrivée, déjà en vigueur au Royaume-Uni et dans plusieurs aéroports américains, est uniquement mis en place pour ce vol, seule liaison directe depuis un pays touché. Aucun contrôle n'est prévu sur les passagers venant de pays à risques ayant effectué des correspondances. Vendredi soir, des syndicats d'hôtesses et stewards d'Air France ont eux réclamé la fermeture de la desserte de Conakry, exprimant leur crainte d'un «risque grave de propagation de l'épidémie». Les passagers, eux, ont bien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3442498 le dimanche 19 oct 2014 à 09:29

    Et à marseille : aucun contrôle ????