Ebola : un cas suspect écarté aux Etats-Unis, cri d'alarme au Liberia

le
0
Ebola : un cas suspect écarté aux Etats-Unis, cri d'alarme au Liberia
Ebola : un cas suspect écarté aux Etats-Unis, cri d'alarme au Liberia

Plus de six mois que le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest et, désormais, dans les pays occidentaux. Au Liberia, la président Ellen Johnson Sirleaf a lancé un cri d'alarme au pays du monde entier afin de lui venir en aide. Une réponse devrait être donnée à partir de lundi par les pays de l'Union européenne, qui se réunissent en Italie. 

Par ailleurs, aux Etats-Unis, le cas suspect à bord d'une croisière a été déclaré négatif aux tests dimanche. Des signes encourageants apparaissent également depuis la zone touchée : le Nigeria, comme le Sénégal depuis vendredi, devrait être déclaré débarrassé du virus lundi. 

Le Liberia appelle à la mobilisation de toutes les nations. Ellen Johnson Sirleaf, président du Liberia, a adressé une lettre ouverte au monde entier dimanche en appelant à la participation de toutes les nations dans la lutte contre «une maladie sans frontières». «En seulement un peu plus de six mois, Ebola a réussi à mettre mon pays dans une impasse. Nous avons perdu plus de 2 000 Libériens», a-t-elle écrit. 

«La réaction internationale à cette crise a dans un premier temps été incohérente et a manqué de coordination. Mais maintenant, enfin, le monde s'est réveillé. La communauté internationale s'est rendue compte qu'elle ne pouvait pas se barricader en espérant que la situation se dissipe», a-t-elle poursuivi. 

Touché par une guerre civile, qui a duré 14 ans et fait plus de 250 000 morts entre 1989 et 2003, le Liberia vit dans une paix fragile. Et si le virus a pu se propager aussi rapidement, la faiblesse des services d'urgence et de secours, ainsi que de forces militaires, sous équipés et sous-financés, y sont pour beaucoup, selon la présidente. Au début de la guerre, le Liberia comptait quelque 3 000 médecins qualifiés. A la fin du conflit, il en restait «à peine trois douzaines», indique-t-elle

Selon l'OMS, le Liberia dispose de six centres de traitement d'Ebola ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant