Ebola : tout ce qu'il faut savoir sur la maladie

le
0
Ebola : tout ce qu'il faut savoir sur la maladie
Ebola : tout ce qu'il faut savoir sur la maladie

La France se préparait mardi à être, tôt ou tard, touchée par le virus Ebola, après la contamination d'une aide-soignante en Espagne annoncée lundi. Des chercheurs britanniques ont récemment estimé que la France avait 75 % de chance de connaître son premier cas d'ici fin octobre.

Sur son site, l'Organisation mondiale de la Santé recommande de rester informé sur la nature des virus Ebola et leur propagation. Voici en quelques paragraphes ce qu'il faut savoir sur cette maladie, afin d'éviter toute infection.

Comment l'attrape-t-on ? Le principal mode de transmission d'Ebola est le contact direct avec un humain infecté ou un animal infecté à haut-risque, comme une chauve-souris ou un singe. Les premiers cas de maladies ont ainsi été contractés suite à la manipulation d'animaux ou de carcasses infectés.

D'homme à homme, l'infection se produit par contact direct de la peau lésée ou les muqueuses avec le sang, les liquides biologiques ou les sécrétions (selles, urines, salive ou sperme) des sujets infectés. Elle est également possible si la peau lésée ou les muqueuses d'un sujet sain entrent en contact avec des objets contaminés par les liquides infectieux d'un malade, comme des vêtements et du linge de lit souillés, ou des aiguilles usagées. La maladie a également pu se transmettre lors des funérailles d'un malade défunt.

VIDEO. L'édito du Parisien. Ebola : ne cédons pas à la psychose

L'eau et les aliments ne sont pas des modes de transmission d'Ebola, même si l'OMS conseille de bien cuire les aliments. S'il n'a pas été enregistré de transmission aérienne au cours des flambées précédentes d'Ebola, ce mode de transmission, par la toux ou la parole, fait actuellement débat au sein de la communauté scientifique. Rien ne prouve pour l'instant que des malades aient été infectés de cette manière.

L'être humain reste contagieux tant que le virus est présent dans son sang et ses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant