Ebola: Seconde contamination à Dallas, réunion de crise à Washington

le
0

* Une seconde infirmière contaminée par le virus à Dallas * Amber Vinson a informé le CDC qu'elle avait de la fièvre avant de prendre un avion * "On ne lui a pas dit de ne pas voyager", assure une source fédérale * Obama promet une meilleure réaction des autorités sanitaires WASHINGTON/DALLAS, 16 octobre (Reuters) - Les autorités sanitaires américaines ont annoncé mercredi qu'une seconde infirmière de l'hôpital de Dallas où un Libérien a succombé à la fièvre Ebola la semaine dernière avait été contaminée par le virus. Il s'agit du deuxième cas de transmission de la fièvre hémorragique Ebola sur le territoire américain. L'annonce de cette contamination a conduit Barack Obama à modifier son agenda, repoussant un voyage prévu au New Jersey et dans le Connecticut pour présider dans l'après-midi à la Maison blanche une réunion consacrée à la situation. Prenant en compte les inquiétudes et les peurs liées à la contamination des deux infirmières du Texas Health Presbyterian Hospital de Dallas, le président américain a promis que les autorités réagiraient avec plus de célérité en cas d'alerte. Tout hôpital ou établissement de soins où un cas sera signalé recevra dans les 24 heures le renfort d'une équipe du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) spécialisée dans la gestion de la maladie et la mise en oeuvre des protocoles de protection des personnels soignants, a-t-il dit. "Nous devons nous assurer que nous faisons tout ce que nous pouvons pour prendre soin d'eux, de même qu'eux prennent soin de nous", a-t-il ajouté. Le président américain s'est également entretenu par visioconférence avec les chefs d'Etat ou de gouvernement de Grande-Bretagne, de France, d'Allemagne et d'Italie de la situation globale. Si l'épidémie n'est pas enrayée à la source, elle se propagera puisque nous vivons dans une époque où les voyages sont fréquents, a-t-il dit. Mais Obama, qui a annulé un autre déplacement prévu ce jeudi dans les Etats de Rhode Island et de New York, a également appelé la population à ne pas céder à une forme de panique. Le virus Ebola se propage par contact direct avec les fluides corporels d'une personne contaminée et non par voix aérienne comme la grippe par exemple. Le risque de flambée épidémique aux Etats-Unis est "très, très faible", a-t-il dit. A Dallas, une seconde infirmière qui s'était elle aussi occupée de Thomas Eric Duncan, le patient libérien mort le 8 octobre au Texas Health Presbyterian Hospital de Dallas, a été contaminée. Une première contamination avait été confirmée dimanche. L'état de santé de Nina Pham, aide soignante de 26 ans ayant également participé aux soins apportés à Duncan, est "bon", a déclaré l'hôpital. Amber Vinson, qui est âgée de 29 ans, a été placée pour sa part à l'isolement dès mardi. Elle devait être transférée à l'hôpital Emory d'Atlanta, où deux Américains ayant contracté le virus lors de missions en Afrique de l'Ouest ont été soignés et guéris. L'infirmière a voyagé en avion lundi à bord d'un vol commercial de la compagnie Frontier Airlines entre Cleveland, dans l'Ohio, où elle avait rendu visite à des membres de sa famille, et Dallas-Fort Worth. Les 132 passagers ont été priés d'appeler un numéro de téléphone d'urgence. Lors du vol, Amber Vinson n'a présenté aucun symptôme suspect, précise le Centre de contrôle et de prévention des maladies. Les services de santé s'emploient à identifier les personnes avec lesquelles elle a été en contact lors de la période d'incubation. Le Dr Thomas Friedsen, le directeur du CDC, a reconnu mercredi que l'infirmière n'aurait pas dû emprunter ce vol commercial compte tenu des risques de contamination auxquels elle avait été exposée. "La patiente s'est rendue dans l'Ohio avant qu'on ne sache que (sa collègue) était malade (...) Cependant, dans la mesure où elle faisait partie d'un groupe qui avait été exposé à Ebola, elle n'aurait pas dû prendre un vol commercial", a-t-il dit. Une source fédérale a affirmé pourtant que la jeune femme, avant de prendre cet avion, avait signalé au CDC qu'elle avait une légère fièvre (37,5°C) mais que personne ne lui avait dit de ne pas embarquer. "On ne lui a pas dit de ne pas voyager", a insisté cette source dont l'affirmation pourrait alimenter la polémique sur la réponse globale des autorités sanitaires au risque épidémique. Selon le maire de Dallas, Amber Vinson vit seule et n'a pas d'animaux de compagnie. Les lieux qu'elle a fréquentés ont été nettoyés, ses voisins et amis ont été informés de la situation, a ajouté Mike Rawlings lors d'une conférence de presse. L'association d'infirmières National Nurses United (NNU) a affirmé mardi dans un communiqué que le personnel soignant du Texas Health Presbyterian Hospital n'avait pas reçu de consignes suffisantes pour traiter un malade atteint d'Ebola, n'avait suivi aucune formation spécifique et n'avait pas été équipé de tenues de protection convenables. (Steve Holland et Roberta Rampton à Washington et Lisa Maria Garza et Terry Wade à Dallas; Jean-Philippe Lefief, Guy Kerivel et Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant