Ebola : Obama reçoit une des infirmières guéries à la Maison Blanche

le
0
Ebola : Obama reçoit une des infirmières guéries à la Maison Blanche
Ebola : Obama reçoit une des infirmières guéries à la Maison Blanche

Des sourires et une longue accolade. La rencontre entre le président Barack Obama et une des deux infirmières guéries du virus Ebola vendredi à la Maison-Blanche était forte et symbolique. Conformément au message qu'il a lui même envoyé aux Américains, Barack Obama a ainsi montré à ses citoyens qu'il ne fallait pas céder à l'hystérie et que les infrastructures sanitaires américaines étaient prêtes à lutter contre le virus.

Preuve en est, Nina Pham, tout comme Amber Vinson, les deux infirmières contaminées après avoir soigné un patient rapatrié du Libéria, sont totalement guéries. 

Trois guérisons en quelques jours

La bonne nouvelle est arrivée vendredi après-midi pour les deux femmes. Après cinq tests négatifs au virus, Nina Pham est même sorti de la clinique des Instituts américains de la santé (NIH) où elle a été traitée. Quelques heures plus tard, Barack Obama lui ouvrait les portes du bureau ovale. Une rencontre effectuée en seule présence de photographes, les autres médias ayant dû attendre à l'extérieur. Les détails de la conversation n'ont donc pas encore fuité. 

L'infirmière avait été admise au centre clinique des NIH le 16 octobre avec une infection après avoir été contaminée - tout comme une seconde infirmière, Amber Vinson - en soignant un patient libérien, Thomas Eric Duncan, dans un hôpital de Dallas (Texas). Ce dernier est décédé le 8 octobre. Vendredi, l'hôpital Emory près d'Atlanta (Géorgie) a également indiqué qu'Amber Vinson «n'avait plus de trace du virus Ebola» dans son sang, confirmant ce que sa famille avait annoncé mercredi soir.

Mardi déjà, un caméraman de la chaîne américaine NBC, qui avait été contaminé par Ebola au Liberia alors qu'il couvrait l'épidémie, a été déclaré guéri par l'hôpital qui le soignait dans le Nebraska.

Premier cas avéré à New-York

La rencontre entre Barack Obama et Nina Pham est d'autant plus symbolique ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant