Ebola-New York précise les modalités du placement en quarantaine

le
0

NEW YORK, 27 octobre (Reuters) - Le gouverneur de l'Etat de New York Andrew Cuomo a précisé dimanche les conditions de placement en quarantaine des personnes revenant de pays touchés par l'épidémie de fièvre Ebola, expliquant vouloir protéger le public sans décourager le personnel de santé à participer à la lutte contre la maladie. Toute personne résidant dans l'Etat et de retour à New York après avoir été en contact avec des malades devra rester à son domicile pendant 21 jours, soit la période d'incubation du virus, a déclaré le gouverneur lors d'une conférence de presse conjointe avec le maire de la ville Bill de Blasio. Si cette personne n'a pas été en contact avec des malades, l'Etat lui demandera de prendre sa température deux fois par jour pendant au moins 21 jours, a précisé un communiqué publié peu après la conférence de presse. Des dispositions alternatives seront prises pour les personnes à risque ne résidant pas dans l'Etat mais qui ne présenteraient pas de symptômes. Andrew Cuomo a déclaré que ces dispositions étaient celles qui avaient été annoncées vendredi lors d'une conférence de presse avec le gouverneur du New Jersey Chris Christie, qui a pris la même mesure. Les deux hommes avaient annoncé une mise en quarantaine automatique. L'Illinois leur a emboité le pas samedi. Ces trois Etats sont, avec la Virginie et la Georgie, les seuls dont les aéroports sont autorisés à accueillir des voyageurs de retour du Libera, du Sierra Leone et de la Guinée, les trois pays les plus touchés par l'épidémie. Le New York Times, citant des membres non-identifiés de l'administration Obama, a rapporté que la Maison blanche faisait pression sur Andrew Cuomo et Chris Christie pour qu'ils reviennent sur les mesures annoncées, qui vont au-delà des directives fédérales. Un haut responsable de l'administration américaine a déclaré dimanche à Reuters que la Maison blanche s'était inquiété auprès des deux gouverneurs de l'impact potentiel de cette mise en quarantaine sur le personnel de santé engagé dans la lutte contre le virus Ebola. Dimanche, le directeur de l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses avait estimé que le placement automatique en quarantaine de tout personnel de santé revenant d'un des trois pays d'Afrique de l'Ouest les plus affectés par l'épidémie de fièvre Ebola risquait d'avoir un effet contre-productif sur la lutte contre la maladie. ID:nL5N0SL1JQ Jugeant cette mesure "un peu draconienne", Anthony Fauci a déclaré qu'elle risquait de décourager les travailleurs de santé américains à se rendre dans ces pays pour participer à la lutte contre l'épidémie, qui a fait près de 5.000 morts. Une infirmière revenue vendredi par l'aéroport de Newark, dans le New Jersey, d'une mission en Sierra Leone a vivement critiqué samedi sa mise en quarantaine. Elle a qualifié ses heures d'interrogatoire puis sa mise à l'isolement dans un hôpital de "frénésie de désorganisation". (Frank McGurty et Ellen Wulfhorst, Mathilde Gardin pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant