Ebola : le virus réapparaît en Sierra Leone

le
0
Ebola : le virus réapparaît en Sierra Leone
Ebola : le virus réapparaît en Sierra Leone

L'Afrique de l'Ouest n'en a pas fini dans sa lutte contre le virus Ebola. Un nouveau cas d'infection a été detecté chez une femme décédée le 28 août en Sierra Leone, quatre jours après la sortie d'hôpital du dernier malade traité et guéri dans le pays.

Selon Sidi Yaya Tunis, porte-parole du Centre national de contrôle d'Ebola (NERC), le nouveau cas d'Ebola testé positif est une femme tombée malade et décédée dans son village de Sella Kafta, dans la région de Kambia (nord-ouest). Une dizaine de personnes qui a été en contact avec la malade a été identifiée.

Le test d'Ebola positif à Sella Kafta a été confirmé à l'AFP par des sources indépendantes dans la région, selon lesquelles il s'agit d'une femme au milieu de la soixantaine qui ne s'était pas rendue récemment en Guinée ou au Liberia, pays voisins également affectés par l'épidémie.

L'OMS avait annoncé la fin de l'épidémie

La Sierra Leone espérait être sur la bonne voie pour être débarrassée du virus après la sortie d'hôpital, le 24 août à Makeni (est), de la dernière malade d'Ebola traitée avec succès dans le pays, qui n'avait pas connu de nouvelle infection depuis plus de deux semaines.

Cette épidémie qui a touché l'Afrique de l'Ouest est la plus grave depuis l'identification du virus en Afrique centrale en 1976. Depuis fin 2013, elle a fait environ 11 300 morts sur un peu plus de 28 000 cas - pour l'essentiel en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia, d'après l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Dans son dernier rapport hebdomadaire publié le 26 août, l'OMS confirmait que la Sierra Leone n'avait enregistré aucun nouveau cas pour la deuxième semaine consécutive. Le Liberia ne compte plus de cas, il en a été recensé trois en Guinée durant la semaine précédant le rapport.

D'après l'OMS, un pays est déclaré exempt du virus 42 jours - soit deux fois la durée maximale d'incubation - après le dernier cas connu.

Selon ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant