Ebola : le Nigeria est venu à bout de l'épidémie

le
0
Ebola : le Nigeria est venu à bout de l'épidémie
Ebola : le Nigeria est venu à bout de l'épidémie

La bataille contre Ebola n'est peut-être pas encore perdue. Trois mois après l'arrivée du premier malade atteint par la fièvre hémorragique au Nigeria, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé officiellement ce lundi que le pays n'était plus touché par l'épidémie. 

«L'épidémie a été stoppée au Nigeria. Il s'agit d'une réussite spectaculaire qui montre au monde entier que l'Ebola peut être stoppé», a déclaré le représentant de l'OMS au Nigeria, Rui Gama Vaz, lors d'une conférence de presse à Abuja. Cette annonce intervient au terme de la période requise de 42 jours, soit deux périodes d'incubation de 21 jours, depuis l'enregistrement du dernier cas dans le pays.

Quand un fonctionnaire libérien, Patrick Sawyer, est mort du virus Ebola dans une clinique privée cinq jours après son arrivée à Lagos le 20 juillet, les pires scénarios-catastrophes avaient alors été envisagés dans cette mégalopole de plus de 20 millions d'habitants, où les hôpitaux publics sont en piteux état, sans eau courante pour la plupart. Pourtant, l'épidémie a été contenue rapidement et n'a fait que 20 victimes dans ce pays de 170 millions d'habitants. Huit malades en sont décédés. 

L'épidémie continue en Guinée, au Sierra Leone et au Liberia

Vendredi, l'OMS avait annoncé que le virus ne menaçait plus non plus le Sénégal. Dans ces deux pays, la réaction très rapide des autorités et le déploiement d'équipes chargées de surveiller toutes les personnes entrées en contact avec des malades ont été des éléments-clés pour stopper la chaîne de contamination. 

Mais Ebola continue de faire rage en Guinée, au Sierra Leone et au Liberia. La présidente de ce petit pays de la corne d'Afrique, Ellen Johnson Sirleaf, a exhorté dimanche «le monde entier» à «participer» à la lutte contre cette maladie «qui ne connaît pas de frontières». La femme médecin norvégienne qui avait contracté le virus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant