Ebola : le missionnaire espagnol n'était pas atteint du virus

le
0
Ebola : le missionnaire espagnol n'était pas atteint du virus
Ebola : le missionnaire espagnol n'était pas atteint du virus

Ayant déjà causé de plus de 4 500 morts en Afrique de l'Ouest, l'épidémie Ebola se répand dans les pays occidentaux. Toutefois, de bonnes nouvelles arrivent du côté de l'Espagne : le missionnaire espagnol hospitalisé par précaution depuis jeudi a quitté l'hôpital Carlos III de Madrid. De son côté, l'infirmière, soignée depuis le 6 octobre après avoir contracté le virus, présente des signes d'amélioration. 

Aux Etats-Unis, où des dysfonctionnements en cascade alarment le pays, le président Barack Obama a demandé samedi à ses citoyens de ne «pas céder à l'hystérie ou à la peur», en référence aux fermetures d'écoles ou aux mises en quarantaine intempestives. La crainte du virus s'installe dans les esprits des Occidentaux.

En France, les contrôles aux aéroports sont entrés en vigueur samedi matin et le pays a renforcé son dispositif national et international. De son côté, l'Organisations des Nations unies (ONU) et la Banque mondiale continuent à pointer du doigt le manque de solidarité internationale envers les pays africains. 

En Espagne, un cas suspect écarté. Le missionnaire espagnol, appartenant au même ordre que les deux religieux espagnols décédés d'Ebola, n'est finalement pas atteint pas le virus et est sorti samedi de l'hôpital Carlos III de Madrid samedi. Il avait été isolé depuis jeudi par précaution après être rentré du Liberia il y a une semaine. Les trois autres personnes hospitalisées depuis jeudi sont également négatives à Ebola. 

Par ailleurs, l'aide-soignante, isolée depuis le 6 octobre après avoir contracté le virus, évolue très favorablement. Selon El Pais, les deux derniers tests effectués étaient négatifs à Ebola. Une troisième batterie de tests doit avoir lieu dimanche. S'ils présentent les mêmes résultats négatifs, cela signifierait que l'aide-soignante n'est plus touchée par le virus. 

Barack Obama : «Ne pas céder à l'hystérie». Au cours de son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant