Ebola : le Maroc n'a pas renoncé à organiser la CAN

le
0
Ebola : le Maroc n'a pas renoncé à organiser la CAN
Ebola : le Maroc n'a pas renoncé à organiser la CAN

Le Maroc a formellement démenti avoir «renoncé à l'organisation de la CAN-2015» de football, a indiqué vendredi le ministère marocain de la Jeunesse et des Sports. Le royaume a toutefois sollicité il y a une semaine le report de la compétition face aux risques sanitaires liés à la pire épidémie d'Ebola de l'histoire, qui a fait quelque 4 500 morts, principalement dans trois pays d'Afrique de l'Ouest (Guinée, Liberia, Sierra Leone).

La Confédération africaine de football (CAF), destinataire de la requête, a immédiatement réagi en indiquant maintenir les dates, tout en annonçant des réunions entre les deux parties début novembre.

D'ici là, «le Maroc exprime toujours sa ferme volonté d'accueillir la prochaine édition de la CAN», a assuré dans un communiqué le ministère des Sports, à trois mois jour pour jour du coup d'envoi prévu à Marrakech (17 janvier). Ce texte constitue «un démenti formel» aux «allégations» selon lesquelles le royaume aurait renoncé, a précisé le ministère.

Le ministère des Sports dit travailler sur des «alternatives»

Selon la même source, «la position du Maroc (...) ne souffre aucune ambiguïté» : la demande de report fait suite à «l'évolution rapide et inquiétante du virus Ebola, à la lumière des rapports de l'Organisation mondiale de la santé». Le ministère dit proposer «des alternatives» et se préparer «activement à la réunion prévue dans les prochains jours avec les instances responsables de la CAF».

Dans un entretien à l'AFP mardi, le ministre des Sports Mohammed Ouzzine avait déjà temporisé. Comme on lui demandait si la décision du Maroc de ne pas organiser la CAN en janvier était «irrévocable», il avait rétorqué que la question n'était «pas tranchée». Mohammed Ouzzine avait signalé la nécessité, au préalable, de rencontrer le président de la CAF, Issa Hayatou, et évoqué lui aussi la tenue d'un Comité exécutif de l'instance ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant