Ebola : le cap des 3000 victimes a été dépassé

le
0
Ebola : le cap des 3000 victimes a été dépassé
Ebola : le cap des 3000 victimes a été dépassé

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola a franchi le cap des 3000 morts, le virus ayant tué près de la moitié des quelque 6500 personnes infectées, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publié samedi soir.

Sur un total de 6574 malades d'Ebola dans cinq pays d'Afrique d'Ouest, 3093 sont mortes, précise l'OMS dans ce bilan arrêté au 23 septembre. Un précédent bilan daté du 21 septembre et publié jeudi à Genève faisait état de 2917 morts en Afrique de l'Ouest sur 6263 cas.

En Guinée, d'où l'épidémie est partie fin 2013, il y a eu 648 morts sur 1074 cas.

Au Liberia, pays le plus touché, elle a touché 3458 personnes, dont 1830 sont mortes.

Et en Sierra Leone, le virus a infecté 2021 personnes dont 605 sont mortes, selon la même source. Au 23 septembre, 20 cas, dont huit morts, avaient été recensés au Nigeria.

Le 1er septembre, la Côte d'Ivoire, non encore touchée par Ebola, avait annoncé l'ouverture de couloirs humanitaires avec la Guinée et le Liberia, tout en maintenant ses frontières fermées avec ces deux pays fortement touchés par l'épidémie.

Vendredi, le président américain Barack Obama avait estimé que l'Afrique de l'Ouest était «dépassée» par l'épidémie de fièvre Ebola et que le monde ne devait plus jamais permettre à une telle tragédie d'avoir lieu.

Le Sénégal ouvre un corridor humanitaire

Le Sénégal a ouvert un corridor humanitaire aérien pour permettre d'acheminer de l'aide dans les trois pays les plus touchés par le virus Ebola, après la fermeture de ses frontières le 21 août. Un avion du Programme alimentaire mondial (PAM) transportant du personnel humanitaire en provenance de Conakry, a atterri samedi après-midi sur le site du corridor humanitaire, installé sur une base militaire aérienne près de l'aéroport de Dakar, selon la même source. Le corridor est fonctionnel «depuis deux jours» mais est encore en aménagement, selon un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant