Ebola : le cap des 10 000 décès franchi, une Britannique atteinte

le
0
Ebola : le cap des 10 000 décès franchi, une Britannique atteinte
Ebola : le cap des 10 000 décès franchi, une Britannique atteinte

Le cap symbolique des 10 000 cas a été franchi dans l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola, a annoncé jeudi l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans son dernier bilan, actualisé au 10 mars. Le tout dans neuf pays différents et sur un total de 24 350 cas recensés par l'OMS. 

Depuis le déclenchement de cette épidémie début 2014, il y a eu au Libéria 4 162 décès sur 9 343 personnes contaminées. Lors du pic de l'épidémie il y a six mois dans ce pays qui a connu le plus de décès, environ 300 nouveaux cas étaient enregistrés par semaine, selon l'OMS. Dans les deux autres pays les plus affectés, en Sierra Leone, 11 677 personnes ont été contaminées dont 3 655 sont décédées, et en Guinée, 3 330 personnes ont été contaminées pour 2 187 décès. 

Une Britannique rapatriée de Sierra Leone

En outre, une soignante britannique, membre de l'armée, testée positive au virus Ebola en Sierra Leone, a été rapatrié jeudi au Royaume-Uni. «Nous confirmons qu'un patient est traité pour Ebola dans notre unité d'isolement», a déclaré un porte-parole du Royal Free Hospital de Londres, où deux infirmiers britanniques ont déjà été soignés avec succès.

Dans la matinée, le ministère britannique de la Défense avait annoncé que la soignante était en cours de rapatriement à bord d'un avion de la Royal Air Force (RAF) envoyé mercredi sur place. La veille, les services de santé britanniques annonçait la contamination d'un membre du personnel soignant en Sierra Leone.

Enfin, deux autres soignants militaires qui ont eu des contacts proches avec la militaire, vont être rapatriés au Royaume-Uni vendredi, en vue d'examens. Ces deux personnes, qui ne présentent pas les symptômes de la maladie, vont arriver sur des vols sanitaires séparés à Newcastle, où elles seront examinées par la Royal Victoria Infirmary. Selon les résultats, il sera décidé si elles doivent être hospitalisées ou seulement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant