Ebola-La présidente libérienne craint une "génération perdue"

le
0

DAKAR, 19 octobre (Reuters) - L'épidémie de fièvre Ebola dans l'ouest de l'Afrique risque d'entraîner une catastrophe économique et une "génération perdue" de jeunes Africains, a déclaré dimanche la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf qui a réclamé une plus grande mobilisation de la communauté internationale. "Nous sommes tous concernés par la bataille contre Ebola", écrit-elle dans une "lettre ouverte" lue sur le service mondial de la BBC. "C'est notre devoir à tous, en tant que citoyens du monde, de dire clairement que nous ne laisserons pas des millions d'Africains de l'Ouest se battre tout seuls contre un ennemi qu'ils ne connaissent pas et contre lequel ils ont peu de moyens de défense", a-t-elle ajouté. Ellen Johnson Sirleaf a ajouté que la réaction internationale face à l'épidémie avait été au départ "inconsistante" et "sans direction claire". "Ebola n'est pas seulement une crise sanitaire. Dans toute l'Afrique de l'Ouest, une génération de jeunes gens risque d'être perdue, livrée à une catastrophe économique", a poursuivi la présidente libérienne. "Le temps n'est plus aux discussions et aux théories. Seule une action concertée sauvera mon pays et ses voisins d'une autre tragédie nationale." Depuis mars, l'épidémie a fait 4.546 morts sur les 9.191 cas recensés en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, selon un bilan communiqué vendredi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). (Bureau de Dakar, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant