Ebola : la pharmacienne hospitalisée à la Réunion n'est pas infectée

le
0
Ebola : la pharmacienne hospitalisée à la Réunion n'est pas infectée
Ebola : la pharmacienne hospitalisée à la Réunion n'est pas infectée

La pharmacienne de retour de Guinée, hospitalisée vendredi dernier à Saint-Denis de la Réunion, n'a finalement pas été contaminée par le virus Ebola. Selon un communiqué de la préfecture publié ce mercredi, «l'ensemble des investigations, cliniques et biologiques, réalisées à La Réunion et en Métropole, sont terminées. Elles concluent à l'absence d'infection à virus». Les mesures d'isolement ont été levées et la personne, qui se porte bien, a quitté le CHU de Bellepierre, seul hôpital de l'île habilité à recevoir ce genre de cas suspect.

Samedi déjà, l'hôpital indiquait que la patiente, qui présentait une forte fièvre, n'était pas contagieuse. Elle a depuis subi une série d'examens, dès son hospitalisation, et des prélèvements ont été envoyés à un laboratoire de Lyon, le seul en France agréé pour ce type d'analyses. C'était la première fois qu'une suspicion de la fièvre hémorragique était relevée à La Réunion.

La patiente avait participé fin novembre-début décembre à une mission humanitaire dans ce foyer originel de l'épidémie. A son retour, elle avait séjourné huit jours à Paris avant de retourner chez elle, dans le sud de la Réunion, dans la nuit de jeudi à vendredi. Dans la journée,  elle avait ressenti «une fièvre modérée allant de 37,5 à 38,5» mais «connaissait bien le processus mis en place pour Ebola». Elle avait donc elle-même prévenu les autorités sanitaires.

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola en Afrique de l'Ouest a fait 6.841 morts sur 18.464 personnes contaminées dans les trois pays les plus touchés (Liberia, Guinée et Sierra Leone), selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé, daté du 15 décembre. Quinze autres morts ont été enregistrés dans trois pays (six au Mali, un aux Etats-Unis, huit au Nigeria).

Plus de 6 600 morts dans le monde

Ebola est une maladie à fort taux de mortalité contre laquelle il n'existe encore aucun ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant