Ebola : la Côte d'Ivoire suspend ses liaisons aériennes avec les pays touchés

le
0
Ebola : la Côte d'Ivoire suspend ses liaisons aériennes avec les pays touchés
Ebola : la Côte d'Ivoire suspend ses liaisons aériennes avec les pays touchés

La Côte d'Ivoire a annoncé lundi la suspension des vols de sa compagnie nationale, Air Côte d'Ivoire, vers et depuis les pays affectés par la fièvre Ebola, qui a tué près d'un millier de personnes depuis le début de l'année en Afrique de l'ouest. Dans un communiqué, le gouvernement a également interdit à toutes les compagnies de transporter les passagers de ces pays vers Abidjan.

Selon les autorités sanitaires, la Côte d'Ivoire, voisine du Liberia et de la Guinée où l'épidémie a fait des centaines des morts, présente un niveau d'alerte très élevé. Le gouvernement a également décidé de renforcer la surveillance à l'aéroport d'Abidjan où «tous les passagers à leur arrivée seront soumis à la prise de température avec le thermomètre à infrarouge». Un dispositif de lavage des mains sera aussi mis en place.

Un nouveau cas au Nigeria. Le ministère de la Santé du Nigeria rapporte un dixième cas d'Ebola à Lagos, une infirmière qui avait été en contact avec un Libérien malade, a précisé le ministre Onyebuchi Chukwu. Avec au total 13 cas confirmés, probables ou suspects dont deux mortels, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Nigeria est le quatrième pays affecté par l'épidémie d'Ebola, après le Liberia, la Guinée et la Sierra Leone.

Un étudiant allemand à l'isolement à Kigali. Le Rwanda affirme avoir placé en isolement un étudiant allemand hospitalisé à Kigali, présentant des symptômes de la maladie d'Ebola. «En fin d'après-midi (dimanche), un patient de l'hôpital King Faisal présentant des symptômes d'Ebola a été mis en isolement dans l'attente des résultats de ses tests», qui devront déterminer si le patient souffre de la fièvre hémorragique, selon un communiqué du gouvernement rwandais, publié dimanche soir. Les résultats devraient être disponibles sous 48 heures.

Selon un tweet d'Agnes Binagwaho, la ministre rwandaise de la Santé, le patient, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant