Ebola-La Banque mondiale appelle l'Asie à se mobiliser

le
0

SEOUL, 4 novembre (Reuters) - Les pays d'Asie ne contribuent pas assez à la lutte contre l'épidémie de fièvre Ebola qui a fait près de 5.000 morts en Afrique de l'Ouest, a déclaré mardi le président de la banque mondiale, Jim Yong Kim. "De nombreux pays d'Asie qui pourraient apporter leur aide ne le font tout simplement pas, notamment lorsqu'il s'agit d'envoyer des équipes de personnel de santé", a dit le patron de la Banque mondiale. "J'appelle les dirigeants d'Asie à envoyer leurs équipes de professionnels de santé entraînés dans les trois pays d'Afrique de l'Ouest", a-t-il dit en faisant allusion à la Guinée, au Liberia et à la Sierra Leone, les pays de loin les plus touchés par l'épidémie. La Corée du Sud a promis 5,6 millions de dollars (4,5 millions d'euros) pour lutter contre le virus et le Japon comme la Chine ont envoyé des équipements médicaux et du personnel médical dans les pays frappés par l'épidémie. La Chine a fait don jusqu'à présent de 750 millions de yuans (98 millions d'euros) à 13 pays d'Afrique et à des organisations internationales pour lutter contre l'épidémie de fièvre Ebola, selon le gouvernement de Pékin. Elle a également envoyé des centaines de membres du personnel de santé dans les zones touchées. La contribution globale de l'Asie est cependant à la traîne derrière celle des Etats-Unis, qui a envoyé des milliers d'hommes sur place et promis un milliard de dollars (800 millions d'euros), et celle d'autres pays occidentaux. "Il nous faut des milliers de membres du personnel médical, et nous aurons besoin d'eux pendant six mois à un an. La lutte contre Ebola ne sera terminée que lorsqu'il n'y aura plus aucun cas dans les trois pays en question", a dit Kim. (James Pearson; Agathe Machecourt et Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant