Ebola : l'Espagne rapatrie un prêtre malade, le premier Européen

le
0
Ebola : l'Espagne rapatrie un prêtre malade, le premier Européen
Ebola : l'Espagne rapatrie un prêtre malade, le premier Européen

Alors que l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola a tué 932 personnes en Afrique de l'Ouest depuis mars, l'Espagne va rapatrier un missionnaire espagnol âgé de 75 ans ayant contracté le virus d'Ebola au Liberia.

Un Airbus militaire médicalisé a  décollé de la base de Torrejon (près de Madrid,Ndlr) pour le Liberia, ont annoncé les autorités espagnoles vers 13h30. L'appareil est «équipé avec les moyens nécessaires pour transporter en toute sécurité trois patients sans risque de contagion», a ajouté un porte-parole, sans préciser combien de personnes seront effectivement rapatriées. Il n'était pas en mesure de dire à quel moment l'appareil serait de retour en Espagne.

Une fois arrivé, le missionnaire, Miguel Pajares, «ira dans un hôpital préparé pour accueillir ce type de malade» comme celui par exemple de la Paz à Madrid, a-t-il précisé. La directrice de la santé Mercedes Vinuesa a assuré que «la sécurité des Espagnols est garantie». «Cette nouvelle me redonne du courage. C'est formidable. Je suis content. Ça vaut la peine de lutter», a réagi le prêtre interrogé par téléphone par le journal ABC. La veille il avait expliqué à la chaîne de télévision américaine CNN : «J'ai de la fièvre. Je n'ai pas d'appétit (...), j'ai pas mal de douleurs articulaires. J'ai besoin d'aide pour aller d'un endroit à l'autre.»

D'autres malades pourraient être dans l'avion

Six personnes au total ont été placées à isolement dans l'hôpital de Monrovia, selon l'Ordre hospitalier de San Juan de Dios (Saint-Jean de Dieu), qui a également demandé «l'évacuation d'urgence vers l'Espagne» de deux autres de ses membres infectés, les s½urs Chantal Pascaline Mutwamene, une Congolaise, et Paciencia Melgar, une Equato-Guinéenne.

Pour l'heure, Madrid a donné son feu vert au rapatriement du prêtre mais n'a fourni aucune information sur les autres missionnaires. La demande que nous avons est celle des Espagnols ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant