Ebola : l'Espagne rapatrie un missionnaire de Sierra Leone

le
0
Ebola : l'Espagne rapatrie un missionnaire de Sierra Leone
Ebola : l'Espagne rapatrie un missionnaire de Sierra Leone

L'Espagne se prépare à rapatrier de Sierra Leone un deuxième missionnaire catholique contaminé par le virus Ebola. Frère Manuel Garcia Viejo, 69 ans, directeur d'un hôpital à Lunsar, «a été testé positivement (pour Ebola) et a exprimé le désir d'être transféré en Espagne», a annoncé le ministère de la Santé. «Dans les heures qui viennent un appareil médicalisé du ministère de la Défense se rendra en Sierra Leone avec deux médecins et trois infirmières, ainsi que tout l'équipement nécessaire pour protéger le personnel et assurer le traitement du patient», précise le communiqué du ministère. le transfert est organisé conjointement avec les ministères des Affaires étrangères et de la Défense. 

Le missionnaire est un médecin généraliste spécialisé en médecine tropicale, présent en Afrique depuis 30 ans et directeur de l'hôpital de Lunsar depuis 12 ans. Il est membre de l'Ordre hospitalier de San Juan de Dios, qui gère l'association caritative Juan Ciudad travaillant avec les victimes d'Ebola. Samedi, il était traité dans une unité spécialisée à Freetown, la capitale de la Sierra Leone.

En août, un prêtre espagnol de 75 ans, Miguel Pajares, a été le premier Européen à mourir d'Ebola. Ce missionnaire avait été contaminé au Libera, où il travaillait avec des personnes infectées.

Secret médical autour de la jeune Française de MSF. Aucune information n'a encore filtré sur l'état de santé de la jeune infirmière française de Médecins sans Frontières, rapatriée vendredi après avoir été contaminée au Liberia. Le ministère de la Santé évoque à son sujet le respect du secret médical. MSF reste également très discret. «Nous ne donnons pas d'informations sur la santé de notre collègue. C'est à l'équipe médicale, en accord avec la patiente et sa famille - afin de respecter le secret médical et leur intimité - de diffuser publiquement les éléments qui leur sembleraient opportuns de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant