Ebola : l'aide-soignante espagnole est complètement guérie

le
0
Ebola : l'aide-soignante espagnole est complètement guérie
Ebola : l'aide-soignante espagnole est complètement guérie

L'aide-soignante espagnole Teresa Romero, qui a eu le triste privilège d'être la première personne contaminée par le virus Ebola hors d'Afrique, est guérie. Quinze jours après son hospitalisation, tous «les critères de guérison du virus Ebola», tels qu'établis par l'OMS sont bien remplis après quatre analyses sanguines négatives, a annoncé mardi l'hôpital Carlos III à Madrid. Le Conseil de l'ordre des infirmiers a dénoncé de son côté les «importantes erreurs» dues à une préparation insuffisante dans l'établissement madrilène et plus généralement en Espagne à l'origine de cette contamination. Il relève aussi des «lacunes» dans les recommandations de l'OMS.

«C'est bien sûr un motif de célébration, c'est extraordinaire», a déclaré le docteur Marta Arsuaga de l'hôpital Carlos III, un des médecins qui a traité au quotidien l'aide-soignante, âgée de 44 ans, depuis son hospitalisation le 6 octobre. Il a cependant souligné qu'il y avait encore un «processus de rétablissement de la santé» et qu'il fallait encore «laisser passer quelques jours», en soulignant que son «rétablissement complet» prendrait encore du temps.

Contaminée par un missionnaire rapatrié de Sierra Leone

Teresa Romero a une énorme «force physique et mentale (...) mais comme nous n'avons pas de groupe de contrôle pour comparer, il est très difficile de savoir ce qui a joué en terme de traitement», a expliqué le médecin. Teresa Romero avait ressenti les premiers symptômes du virus le 29 septembre. Elle avait été contaminée en soignant un missionnaire atteint par Ebola et rapatrié de Sierra Leone, qui a succombé à la maladie le 25 septembre.

Dès l'annonce de la contamination de l'aide-soignante le 6 octobre, «nous savions qu'on allait lui attribuer la faute», a déclaré le président de ce Conseil de l'ordre des infirmiers, Maximo Gonzalez Jurdado, en présentant à la presse un rapport sévère sur l'absence  «de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant