Ebola : hospitalisation de trois nouvelles personnes en Espagne

le
3
Ebola : hospitalisation de trois nouvelles personnes en Espagne
Ebola : hospitalisation de trois nouvelles personnes en Espagne

La crainte d'une propagation du virus Ebola gagne mardi l'Europe, après l'annonce, la veille, de la contamination d'une aide-soignante en Espagne. A Madrid, l'inquiétude est de plus en plus vive. Trois nouvelles personnes ont été admises depuis lundi, dans l'hôpital de la capitale qui accueille les personnes touchées par le virus Ebola. Bruxelles demande à Madrid des «éclaircissements» sur ce qui a rendu possible cette première contamination hors d'Afrique.

C'est Francisco Arnalich, le chef du service de médecine interne de l'hôpital de La Paz - Carlos III, qui a annoncé ce mardi que trois personnes étaient hospitalisées en lien avec Ebola, outre l'aide-soignante de 40 ans : son mari, à «haut risque», une infirmière et un ingénieur, qui n'ont pas été testés «positif». Mais seul l'époux risque véritablement d'être affecté, assurent les autorités sanitaires locales.

Une faille dans la prise en charge ?

L'aide soignante, mariée et sans enfant, avait soigné le mois dernier deux missionnaires rapatriés en Espagne après avoir été infectés par la fièvre hémorragique, et qui sont décédés depuis. Elle a été transférée dans la nuit de l'hôpital d'Alcorcon, un faubourg du sud de Madrid, vers l'hôpital de La Paz-Carlos III, où avaient été soignés les deux prêtres. «Son évolution est favorable», explique ce mardi le docteur Arnalich. Dès le mardi 30 septembre, elle s'était sentie mal mais n'avait consulté le médecin que le dimanche. Certains suspectent une faille dans sa prise en charge.

«Le protocole suivi par les gens qui ont été en contact avec les patients prévoit un contrôle de température deux fois par jour. En cas de température, le protocole est activé», indique le délégué du personnel de l'hôpital, Antonio Caballero. Selon lui, la malade «a pris contact avec notre service de prévention, et ce service a pris contact avec la santé du travail». Ensuite, il l'a «renvoyée vers la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le mardi 7 oct 2014 à 18:52

    Encore un apport de la diversité.

  • M2784728 le mardi 7 oct 2014 à 15:29

    Espagne, France, ailleurs, peu importe, le risque est mondial ! Aucun pays n'est équipé pour faire face à un nombre de cas important, alors, une épidémie ......

  • M940878 le mardi 7 oct 2014 à 12:30

    quand EBOLA arrivera à Bruxelles ils se poseront aussi la question