Ebola : fin du couvre-feu au Libéria, un centre ferme en Sierra Leone

le
0
Ebola : fin du couvre-feu au Libéria, un centre ferme en Sierra Leone
Ebola : fin du couvre-feu au Libéria, un centre ferme en Sierra Leone

Des signes encourageants. La présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf a annoncé vendredi la fin du couvre-feu, en vigueur depuis août 2014 dans le pays, à partir de dimanche, et la réouverture de toutes les frontières, après une décrue de l'épidémie d'Ebola. Cette réouverture des écoles est effective depuis le 19 janvier en Guinée alors qu'elle est prévue le 30 mars en Sierra Leone, où MSF vient d'annoncer la fermeture d'un centre de traitements, après plus de deux mois sans cas signalé..

Au Liberia, la présidente Ellen Jonhson Sirleaf a donc «ordonné la levée du couvre-feu dans tout le pays. La mesure prend effet à partir de dimanche 22 février», a indiqué vendredi la présidence dans un communiqué qui a également annoncé la réouverture, à une date non précisée, de toutes les frontières qui avaient été fermées pour enrayer la progression d'Ebola. Le ministère de la Santé va prendre les mesures nécessaires pour prévenir l'importation du virus à partir des frontières, en accord avec les forces de sécurité, indique le texte de la présidence.

Ellen Jonhson Sirleaf avait annoncé en août 2014, dans un discours à la Nation, l'institution d'un couvre-feu, de 21H00 à 6 heures (locales) pour enrayer la propagation d'Ebola au Liberia, un des trois pays les plus touchés par l'épidémie. Elle avait ensuite, en septembre de la même année, allégé la mesure, ordonnant son application de minuit à 06H00.

La levée du couvre-feu et la réouverture annoncée des frontières ont lieu après la rentrée des classes du 16 février au Liberia, où elles avaient également été fermées depuis août 2014 à cause d'Ebola. 

L'épidémie décroit, mais la crainte reste

Les nouvelles mesures sur le couvre-feu et les frontières sont annoncées alors que la maladie est en décrue dans ces trois pays où ont été enregistrés l'essentiel du près de 9.500 décès provoqués, en un peu plus d'un an par le virus, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant