Ebola : deux villes de l'est de la Sierra Leone mises en quarantaine

le
0
Ebola : deux villes de l'est de la Sierra Leone mises en quarantaine
Ebola : deux villes de l'est de la Sierra Leone mises en quarantaine

Le terrible virus Ebola continue de se propager dans plusieurs états d'Afrique. La situation est grave. Les villes de Kailahun et Kenema, dans l'est de la Sierra Leone en proie à l'épidémie, ont même été placées en quarantaine et des lieux de loisirs dont les boîtes de nuit et cinémas ont été fermés dans le pays, ont annoncé jeudi les autorités.

«C'est officiel: Kenema et Kailahun ont été mises en quarantaine. Les infirmiers sont actuellement aidés par des responsables de la police et de l'armée pour faire en sorte que nous ayons accès à tous les cas suspects qui n'ont pas été signalés au ministère de la Santé», a déclaré le porte-parole adjoint du gouvernement, Abdulai Bayratay.

Kenema, importante ville minière, est située à environ 250 km de Freetown. Kailahun est à près de 300 km de la capitale. «Ce qui est en train d'être fait relève de la coordination, non pour créer la panique, mais pour permettre aux travailleurs sanitaires d'accomplir leur mission sans interruption», a assuré le porte-parole à des journalistes.

«La mesure de quarantaine sera maintenue le temps qu'il faudra», a-t-il ajouté, indiquant qu'elle pourrait durer 60 à 90 jours, comme d'autres décisions relevant de l'état d'urgence décrété le 1er août par le président Ernest Bai Koroma et ratifié à l'unanimité jeudi par l'Assemblée nationale.

Les visiteurs refoulés à l'entrée des deux villes

Les populations des zones sous quarantaine ne doivent pas en sortir, «il y a toujours un petit nombre de personnes qui nient l'existence de la maladie, et d'autres qui emmènent des malades suspects d'Ebola dans des cliniques privées au lieu d'informer le ministère de la Santé», a expliqué M. Bayratay. «Le gouvernement a pris des dispositions pour approvisionner en nourriture les populations dans les villes en quarantaine», en utilisant des financements initialement prévus pour «la construction des routes, l'agriculture et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant