Ebola : décès du missionnaire espagnol rapatrié à Madrid

le
0
Ebola : décès du missionnaire espagnol rapatrié à Madrid
Ebola : décès du missionnaire espagnol rapatrié à Madrid

Un missionnaire et médecin espagnol, atteint du virus Ebola et rapatrié lundi de Sierra Leone où il dirigeait un hôpital, est mort jeudi dans un hôpital de Madrid, ont annoncé les services médicaux.

Manuel Garcia Viejo, âgé de 69 ans, «est mort à 17H55 », a déclaré une porte-parole de l'hôpital de La Paz-Carlos III, où le malade avait été admis et placé en isolement.  Médecin spécialisé en médecine tropicale et directeur d'un hôpital en Sierra Leone, Manuel Garcia Viejo est le second missionnaire espagnol décédé après avoir contracté le virus, qui a déjà fait plusieurs milliers de morts en Afrique de l'Ouest.

A son arrivée à Madrid, les médecins avaient souligné qu'il ne pourrait pas être traité avec le sérum ZMapp, qui n'a pas fait l'objet d'essais cliniques mais a été administré à titre compassionnel à plusieurs personnes infectées par le virus Ebola, les stocks étant épuisés dans le monde entier.

Manuel Garcia Viejo était membre de l'Ordre hospitalier de San Juan de Dios, un ordre catholique qui gère l'association caritative Juan Ciudad travaillant avec les victimes d'Ebola. Il travaillait en Afrique depuis 30 ans et dirigeait depuis 12 ans un hôpital dans la ville de Lunsar, en Sierra Leone.

En août, un prêtre espagnol de 75 ans, Miguel Pajares, membre du même ordre, avait été le premier Européen atteint d'Ebola à être rapatrié en Europe, puis le premier Européen à succomber au virus. Contaminé au Liberia, ce missionnaire avait été rapatrié à Madrid et placé en isolement dans le même hôpital que Manuel Garcia.

Depuis, d'autres étrangers contaminés dans l'ouest de l'Afrique ont été transportés vers leur pays d'origine.

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola sans précédent qui frappe l'Afrique de l'Ouest depuis le début de l'année a fait 2.917 morts, principalement au Liberia, en Guinée et en Sierra Leone, tandis que 6.263 personnes ont été infectées, selon ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant