Ebola : décès d'un employé de l'ONU soigné en Allemagne

le
3
Ebola : décès d'un employé de l'ONU soigné en Allemagne
Ebola : décès d'un employé de l'ONU soigné en Allemagne

Un employé soudanais de l'ONU contaminé par Ebola est décédé à Leipzig, dans l'est de l'Allemagne, où il était hospitalisé depuis jeudi en provenance du Liberia. «Le patient malade de la fièvre Ebola est mort dans le courant de la nuit à la clinique Saint Georges à Leipzig», a annoncé cette institution dans un court communiqué. «Malgré des soins médicaux intensifs et les plus grands efforts du personnel médical, le collaborateur de l'ONU de 56 ans a succombé à la grave maladie infectieuse».

Cet homme était l'un des trois patients contaminés par Ebola que l'Allemagne avait jusqu'à présent accueillis. Le 4 octobre, le premier malade, un expert sénégalais de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), avait pu quitter, guéri, l'hôpital de Hambourg (nord). Un autre malade, un médecin ougandais travaillant pour une organisation humanitaire italienne, est soigné depuis le 3 octobre dans un hôpital de Francfort (ouest).

Par ailleurs, le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit mardi à New York (voir encadré) sur la propagation du virus Ebola. Le président Barack Obama et le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, ont appelé la communauté internationale à redoubler d'efforts pour faire face à l'épidémie. Ebola a fait plus de 4 000 morts depuis le début de l'année sur quelque 7 400 cas recensés dans sept pays, essentiellement au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée.

Un avion immobilisé plusieurs heures à Boston. Aux Etats-Unis, un avion en provenance de Dubaï a été immobilisé lundi plusieurs heures à son arrivée à Boston (Massachussets). Cinq voyageurs qui s'étaient auparavant plaints de symptômes ressemblant à la grippe ont été évacués par précaution vers des hôpitaux, a-t-on appris des services locaux de santé. Des tests ont ensuite montré que ces voyageurs n'étaient pas contaminés.

Le chien de la soignante du Texas ne sera pas euthanasié Le chien de la soignante du Texas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mardi 14 oct 2014 à 12:05

    Ca me rappelle une étrange histoire...où l'on ns assurait qu'il ne manquait pas un bouton aux guêtres de nos vaillants soldats, partis la fleur au bout du fusil...et on connait la suite !!!... Et bientôt...la denguébola, le tube mondial pour 2015, et croyez-moi, ça va faire un tabac !... La fin de l'humanité approche à grands pas, au mieux, se retrouver au moyen âge sombre… courage, encore qqs petites décennies, et nos petits enfants vont ns maudire pour l’éternité !...

  • M7034327 le mardi 14 oct 2014 à 11:35

    Pourtant il le faudra, parce que c'est le seul endroit où on est à peu près en mesure de les soigner. Espérons que la pandémie ne commmence pas en Europe: Marisol en est au stade de la réflexion sur l'éventualité d'instaurer des contrôles aux aéroports, le corps médical n'est pas informé des protocoles en vigueur, l'infirmière espagnole a été fiévreuse et contagieuse durant 1 semaine avant de décider de se faire hospitaliser...

  • M7034327 le mardi 14 oct 2014 à 11:11

    Tant qu'on ne soigne qu'un seul patien à la fois, c'est à peu près gérable. Maintenant, je ne vois pas les hôpitaux gérer une pandémie avec des centaines de patients atteints d'Ebola qui débarquent les hôpitaux...