Ebola : comment va être prise en charge la volontaire de MSF

le
1
Ebola : comment va être prise en charge la volontaire de MSF
Ebola : comment va être prise en charge la volontaire de MSF

 Pour la première fois ce jeudi, la France rapatrie et prend en charge un premier malade d'Ebola. La volontaire de Médecins Sans Frontières (MSF) contaminée au Liberia va bénéficier d'un dispositif de transport et d'accueil spécial afin de recevoir les meilleurs soins. Pour le personnel de santé, il s'agit d'éviter le risque de contagion.

Depuis plusieurs mois, la France se prépare à la prise en charge de personnes infectées par Ebola. Elle a habilité à cet effet neuf hôpitaux référents, à Paris et en province. Parmi ces établissements, l'hôpital Bégin de Saint-Mandé, dans le Val-de-Marne, où sera prise en charge la volontaire de MSF.

Le Service des maladies infectieuses et tropicales de cet hôpital est équipé d'un «circuit dédié» qui permet d'accueillir des patients sans qu'ils aient le moindre contact avec l'extérieur. Le Service de santé des armées (SSA) dispose d'un système de «veille épidémiologique» permanent et a notamment été amené ces dernières années à traiter des personnes atteintes de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) ou du virus H1N1.

Un rapatriement dans un «avion médicalisé dédié». Comme l'ont indiqué les ministères des Affaires étrangères et de la Santé mercredi soir, le rapatriement du malade se fait «dans des conditions de sécurité maximale, dans un avion médicalisé dédié». A bord, le personnel de bord est équipé de combinaisons et de paires de gants. Dès l'arrivée du patient sur le sol français, il est immédiatement pris en charge par une équipe spécialisée. L'avion appartient à une compagnie privée et devait décoller des États-Unis, d'où le temps perdu, a expliqué l'ONG, ajoutant avoir dû elle-même jusqu'à présent «coordonner l'évacuation».

Un personnel soignant très protégé. Comme le rappelle le Pr Elisabeth Bouvet de l'hôpital Bichat, la transmission d'Ebola est «facile» par contact avec les liquides biologiques du malade ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le jeudi 18 sept 2014 à 14:56

    Alors là, on s'en fout.