Ebola : bientôt «un exercice grandeur nature» dans tous les Samu de France

le
1
Ebola : bientôt «un exercice grandeur nature» dans tous les Samu de France
Ebola : bientôt «un exercice grandeur nature» dans tous les Samu de France

Alors que les personnels soignants en France pointent un déficit d'information sur Ebola, la ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé lundi la tenue d'un «exercice grandeur nature dans tous les services d'aide médical d'urgences» d'ici à huit jours pour vérifier qu'ils sont prêts à accueillir un éventuel malade. 

Il existe actuellement en France 12 établissements de santé de référence: Bichat et Necker à Paris, Lyon, Lille, Strasbourg, Marseille, Bordeaux, Rennes, La Réunion, Rouen, Nancy et l'Hôpital d'instruction des armées Bégin à Saint-Mandé, près de Paris, où une jeune infirmière française a été rapatriée et traitée avec succès. «Nous somme prêts pour prendre en charge un éventuel malade si la situation se présente», a assuré la ministre sur i-Télé. «Nous avons expertisé et contrôlé les 12 centres de référence qui doivent nous permettre d'accueillir les malades» a déclaré Marisol Touraine, interrogée sur les craintes ressenties par les personnels soignants face au virus.

«Mais j'ai demandé aussi que dans les huit jours qui viennent il y ait un exercice grandeur nature qui soit réalisé dans tous les services d'urgence de France, en lien avec ces services spécialisés; De cette manière-là nous pourrons voir s'il y a des choses à améliorer dans certains endroits», a-t-elle ajouté. «Des exercices ont déjà eu lieu mais il s'agit très régulièrement de vérifier que notre système est bien en place», a-t-elle précisé.

Selon le Pr Pierre Carli, patron du Samu de Paris, les urgences de l'hôpital pour enfants Robert Debré ont déjà participé à un exercice de ce type (car les parents emmènent souvent leurs enfants aux urgences quand ils ont de la fièvre). Un box d'isolement est prêt dans ces urgences pour permettre de mettre hors de la file d'attente des personnes qui présenteraient des symptômes, a-t-il précisé.

Les soignants en première ligne

«Demain, je vais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le lundi 20 oct 2014 à 23:32

    Ce n'est pas ici qu'il faut faire les rigolos...c'est sur place qu'il faut faire ce qu'il faut et ne pas attendre que ça se répande !...