Ebola : baisse des morts au Liberia, premiers tests pour un vaccin en Suisse

le
0
Ebola : baisse des morts au Liberia, premiers tests pour un vaccin en Suisse
Ebola : baisse des morts au Liberia, premiers tests pour un vaccin en Suisse

L'épidémie Ebola en Afrique de l'Ouest serait-elle en train de perdre du terrain? Nul ne peut encore l'affirmer mais il existe néanmoins quelques signes positifs sur la bataille que mènent sans relâche infirmières et médecins du monde entier contre cette maladie qui a déjà fait près de 5 000 morts. Ainsi au Liberia, pays le plus touché (la moitié des 10 000 cas recensés) devant la Sierra Leone et la Guinée, selon le dernier bilan de l'OMS, les équipes de la Croix-Rouge ont constaté une importante baisse des morts à Monrovia, la capitale.

Il faut dire que les moyens mis en place pour juguler la maladie se multiplient aussi. Lundi, l'autorité de santé américaine (FDA) a donné son accord d'utiliser en urgence le test clinique de détection du virus lancé par la filiale du groupe français bioMérieux et les premiers tests d'un vaccin tant attendu devraient commencer cette semaine en Suisse. Autant d'espoir pour les malades et pour le personnel soignant qui actuellement fait ce qu'il peut pour éviter les contaminations.

Bonne nouvelle en France également où le suivi médical auquel étaient soumis les soignants qui ont été en contact avec l'infirmière française rapatriée en septembre du Liberia après avoir été contaminée a pris fin. «Le risque zéro n'existe pas et la France s'est préparée depuis le début de l'épidémie», a affirmé mardi la ministre de la Santé Marisol Touraine, assurant que, «depuis huit mois, progressivement est montée en puissance l'organisation de notre système de santé pour prendre en charge, le cas échéant, un malade d'Ebola».

On meurt moins à Monrovia. Les équipes de la Croix-Rouge libérienne chargées de la collecte des corps de victimes d'Ebola autour de la capitale ont constaté une baisse significative depuis le début du mois, a indiqué mardi le secrétaire général de la Croix-Rouge libérienne, Fayah Tamba.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a néanmoins tempéré ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant