Ebola : arrêter les liaisons aériennes serait une «sottise énorme», selon Fabius

le
0
Ebola : arrêter les liaisons aériennes serait une «sottise énorme», selon Fabius
Ebola : arrêter les liaisons aériennes serait une «sottise énorme», selon Fabius

«Couper les ponts» en suspendant les liaisons aériennes avec les pays d'Afrique touchés par Ebola serait une «sottise énorme», car cela favoriserait des «transports sauvages» qui dissémineraient davantage le virus, a affirmé dimanche à Pékin Laurent Fabius.

Le ministre français des Affaires étrangères a exprimé cette opinion après que des syndicats d'hôtesses et de stewards d'Air France ont exigé vendredi «la fermeture de la desserte de Conakry» en Guinée, évoquant leur inquiétude d'un «risque grave de propagation de l'épidémie».

Mais M. Fabius a mis en garde contre ce «faux bon sens», préférant au contraire l'option «contre-intuitive» de «contrôles draconiens». «Une réaction spontanée pourrait être de dire là-bas il y a une épidémie et donc il faut couper absolument tous les liens. Mais tous les spécialistes nous disent que, du point de vue même médical, ce serait une sottise énorme», a déclaré dans une conférence de presse le chef de la diplomatie française.

«Si on coupe les ponts, on ne contrôle plus rien»

«S'il n'y a plus aucune possibilité (de prendre l'avion), les gens vont sortir du pays en contrebande -si j'ose dire-, ils iront prendre l'avion dans un autre pays et, s'ils sont porteurs du virus, personne ne les contrôlera», a-t-il assuré. La France a procédé samedi aux premiers contrôles de température de passagers en provenance de Conakry, capitale de la Guinée, pays ouest-africain touché par Ebola.

Un vol pour Conakry annulé samedi

Le vol Air France pour Conakry a été annulé samedi, l'appareil n'ayant pas pu décoller de Paris à cause du cas suspect d'Ebola détecté lors des premiers contrôles sanitaires sur le sol français, a t-on appris dimanche de sources concordantes.

Un seul avion assure la liaison entre Roissy et la Guinée pour Air France. Il a dû être «désinfecté en vertu du principe de précaution», a expliqué un porte-parole de la compagnie. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant