Ebola : 56 nouveaux décès en deux jours, des traitements expédiés en Afrique

le
0
Ebola : 56 nouveaux décès en deux jours, des traitements expédiés en Afrique
Ebola : 56 nouveaux décès en deux jours, des traitements expédiés en Afrique

La situation empire. Selon un dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) établi le 9 août, l'épidémie d'Ebola, la plus grave depuis l'apparition de cette fièvre hémorragique en 1976, a fait 1 013 morts en Afrique de l'Ouest, dont 373 en Guinée, 323 au Liberia et 315 en Sierra Leone. Devant l'ampleur de l'épidémie, la communauté internationale et l'OMS ont approuvé l'expédition d'un traitement contre le virus Ebola dans les pays d'Afrique de l'Ouest touchés par la maladie.

L'OMS a enregistré 56 décès dimanche et lundi Cinquante-six nouveaux décès ont été enregistrés en deux jours, dimanche et lundi, et 128 nouveaux cas ont été recensés suite à l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola en Afrique de l'Ouest, précisent les chiffres actualisés de l'Organisation mondiale de la santé diffusés mercredi. Il y a eu 4 nouveaux cas et 4 décès en Guinée, 71 nouveaux cas et 32 décès au Liberia, pas de nouveaux cas et 1 décès au Nigeria et 53 nouveaux cas avec 19 décès au Sierra Leone.

La communauté internationale entretient l'espoir «Nous devons éviter la panique et la peur, il est possible d'arrêter Ebola», a assuré mardi Ban Ki-moon. Le secrétaire général de l'ONU a également annoncé la nomination d'un coordinateur des Nations unies pour Ebola. Il s'agira du médecin britannique David Nabarro, spécialiste des épidémies.

«Ebola a été contenu ailleurs et nous pouvons le faire ici aussi», a insisté Ban Ki-moon. «Dans les jours à venir, les Nations unies vont renforcer leurs actions pour combattre l'épidémie», a-t-il promis, citant l'envoi de personnels médicaux et de matériel de protection.

De son côté, l'OMS a approuvé l'emploi de traitements contre le virus Ebola tout en regrettant la quantité limitée des stocks existants. La fièvre Ebola est «typiquement une maladie de pauvres dans des pays pauvres dans lesquels il n'y a pas de marché» pour les firmes pharmaceutiques, a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant