EBlink réduit les coûts des réseaux mobiles avec sa technologie sans fil

le
0
EBlink réduit les coûts des réseaux mobiles avec sa technologie sans fil
EBlink réduit les coûts des réseaux mobiles avec sa technologie sans fil

La start-up française EBlink, qui permet aux opérateurs télécoms de densifier leurs réseaux mobiles à moindre coût grâce à sa technologie sans fil, attire les investisseurs industriels et souhaite se lancer à la conquête de l'Asie en 2016.L'entreprise, basée en région parisienne, développe une technologie qui permet de connecter les stations de base (antennes) des opérateurs mobiles aux équipements radio, sans connexion physique ("wireless fronthaul")."Notre solution permet aux opérateurs de s'affranchir des dernières centaines de mètres de fibre qui sont si couteuses et dont l'installation est difficile à mettre en ?uvre", explique à l'AFP Alain Rolland, directeur et cofondateur d'EBlink.Cette technologie sans fil, qui se présente sous la forme d'un boîtier, permet d'atteindre les mêmes performances que la fibre utilisée sur les réseaux mobiles (7,2 Gigabits par seconde) dans une largeur de bande inférieure à 100 MHz."Nous sommes complémentaires de la fibre. Avec le déploiement des small cells (équipements miniatures pour le très haut débit mobile, ndlr) les réseaux vont être de plus en plus denses nécessitant des alternatives au déploiement des câbles", précise-t-il.La technologie "wireless fronthaul" permet aux opérateurs de réaliser jusqu'à 40% d'économie par rapport à une solution câblée et pourrait ainsi leur permettre d?accélérer le déploiement des réseaux haut débit. Ce marché de plusieurs milliards d'euros intéresse également les équipementiers télécoms, mais "EBlink dispose d'une avance technique importante", se félicite Alain Rolland.Depuis sa naissance en 2006, l'entreprise de 26 salariés a levé plus de 20 millions d'euros auprès de ses investisseurs historiques, dont Bpifrance. En juin, l'équipementier Alcatel-Lucent a pris une participation minoritaire dans la firme, en y injectant trois millions d'euros."Alcatel-Lucent nous apporte son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant