EADS réorganisera ses fonctions centrales à partir de 2013

le
0
EADS réorganisera ses fonctions centrales à partir de 2013
EADS réorganisera ses fonctions centrales à partir de 2013

TOULOUSE (Reuters) - EADS compte lancer le regroupement de ses fonctions de ressources humaines et de finances avec celles de sa filiale Airbus à partir du 1er janvier 2013 et en discutera d'ici la fin de l'année avec les partenaires sociaux, ont rapporté vendredi des syndicalistes.

Lors d'une réunion du comité européen d'EADS à Toulouse, le nouveau président exécutif du groupe d'aéronautique et de défense Tom Enders a réaffirmé sa "volonté forte" de rassembler à Toulouse les sièges d'EADS, actuellement installés à Paris et Munich.

"Il y aura une phase de concertation jusqu'à la fin de l'année", a déclaré à Reuters Ludovic Andrevon, de la CFE-CGC, qui était présent au comité européen d'EADS.

"On va prendre ça avec beaucoup de précaution. Si cette réorganisation a peut-être du sens (...), au-delà de l'intelligence du procédé il y a des vies privées et des emplois."

Des discussions vont être menées en parallèle en France et en Allemagne, à partir de lundi chez Airbus et la semaine suivante pour EADS, a-t-il poursuivi, ajoutant que "le but pour la direction est d'avoir un projet prêt en début d'année prochaine".

Selon Xavier Petrachi, délégué syndical central CGT d'Airbus qui a assisté à un comité européen d'Airbus organisé au même moment, l'équipe qui a pris les rênes d'EADS fin mai a assuré ne pas avoir de "position dogmatique".

"L'idée, c'est : 'On fait (la réorganisation) là où ça peut nous apporter quelque chose de plus'", a-t-il dit.

Le nombre d'emplois concernés par cette réorganisation n'a pas été précisé et l'avenir des sièges d'EADS à Montmorency, près de Paris, et Ottobrunn, près de Munich, est encore flou, ont indiqué les syndicats.

Tom Enders avait déclaré lundi à la presse que Toulouse était un bon endroit pour accueillir le futur siège d'EADS.

Interrogé sur le transfert à Toulouse de fonctions actuellement réparties entre Paris et Munich, il avait répondu : "Ce doit être sans aucun doute l'objectif, nous n'y parviendrons pas en une seule fois, mais une société normale, c'est un siège, pas deux ou trois."

Tom Enders a succédé fin mai à Louis Gallois à la présidence exécutive d'EADS. Dans une lettre adressée aux salariés au premier jour de sa prise de fonction, il a indiqué qu'il attendrait l'automne pour définir ses grandes orientations stratégiques.

Jean Décotte, avec Cyril Altmeyer à Paris, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant